A chaque élection, un savant calcul

| mar, 10. mai. 2016

Au Grand Conseil comme au Conseil national, c’est le poids démographique qui dicte le nombre de députés. La Gruyère devrait profiter de sa croissance.


PAR DOMINIQUE MEYLAN

La croissance démographique du canton a des conséquences politiques. Le nombre de députés et de conseillers nationaux est basé sur les statistiques de la population. A ce jeu-là, il devrait y avoir du changement dès cet automne: il est presque certain que la Gruyère gagnera un siège au Grand Conseil au détriment de la Singine. A Berne, rien ne permet de dire si Fribourg élira un 8e représentant en 2019.
La population exacte du canton fin 2015 et sa répartition entre les districts sera connue fin août. Dès cet instant, le calcul est rapide. La répartition des sièges au Grand Conseil se fait à partir de la population dite légale, elle-même basée sur la population résidante permanente.
Le total est divisé par le nombre de députés, soit 110. Un peu moins de 3000 habitants permet de décrocher un représentant. Les sièges non attribués lors du premier tour sont assignés aux cercles présentant les plus forts restes.


Dans les mains de l’OFS
Actuellement, les chiffres provisoires de la population sont examinés par l’Office fédéral de la statistique (OFS), qui cherche des doublons, par exemple des personnes qui n’auraient pas annoncé leur départ du canton. La loi fribourgeoise exige que la dernière statistique soit utilisée, ce qui explique ce délai.
«Il est assez net que la Gruyère gagne un député, pronostique Pierre Caille, chef du Service de la statistique, même s’il reste prudent. Il est difficile de prévoir tous les cas de figure. Il pourrait arriver que l’OFS trouve une erreur.» Les chiffres de 2014 débouchent toutefois sur ce même constat: la Gruyère devrait compter 19 députés (contre 18 actuellement) et la Singine 15 (contre 16 aujourd’hui).
«Les districts alémaniques ont une croissance moins rapide que le Sud et le centre du canton», explique Pierre Caille. Les débordements en provenance de Berne sont moins importants que ceux de l’arc lémanique. «Cela n’a pas toujours été le cas, commente le chef du Service de la statistique. Jusque dans les années 1980, c’était le contraire.» L’immigration internationale joue aussi un rôle. Les Portugais, nombreux à venir s’installer en Suisse, privilégient la partie francophone.
Il ne se passera que quelques semaines entre l’attribution du nombre de députés par cercle et le dépôt des listes le 26 septembre. Les partis ont tout intérêt à anticiper. Ce transfert de siège n’est pas anodin. Jean-François Romanens, en charge de l’administration et des droits politiques à la Chancellerie, ne se souvient pas de la perte d’un député par un autre district depuis 2002.


Aucune certitude à Berne
En 2003, le canton de Fribourg était passé de 6 à 7 conseillers nationaux. Avec l’importante croissance démographique du canton, d’aucuns en espère un 8e pour la prochaine législature.
Le Service cantonal de la statistique n’a réalisé aucune projection sur ce point. Quant à l’administration fédérale, elle ne souhaite pas faire de prévisions. Les sièges du Conseil national sont répartis en fonction de la population résidante permanente de l’année qui suit la dernière élection. Pour 2019, ce sont dont les chiffres de 2016 qui feront foi.
Le nombre de résidents suisses est divisé par 200. Les cantons qui n’atteignent pas ce total se voient attribuer un siège. Puis on divise la population restante par le nombre de sièges non attribués. L’opération est répétée jusqu’à ce que le Conseil national soit au complet.
En 2015, trois transferts ont eu lieu: Zurich, Argovie et le Valais ont gagné un représentant au détriment de Berne, Soleure et Neuchâtel. Pour décrocher ce sésame, les cantons doivent non seulement compter sur une augmentation de leur population, mais le rythme doit aussi être plus soutenu que dans le reste du pays. Si Fribourg était bien placé jusqu’en 2014, ce n’est plus le cas en 2015 où l’on note un ralentissement de la croissance démographique. Le couperet tombera en 2017.

 

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Blessée par une vaste balafre, Bulle reçoit un nouveau cœur

Les Transports publics fribourgeois ont dévoilé hier le visage du futur bâtiment de la gare.

Il accueillera des commerces, des bureaux, des logements et un hôtel 3 étoiles.

Quant au Programme Bulle, ambitieux projet ferroviaire, il va connaître ses premiers chantiers.

JEAN GODEL

Maintenant, on entre dans le concret. Après six ans de gestation, la nouvelle gare de Bulle, déplacée de 500 m vers l’Ouest, se présente sous ses contours quasi d...