Le préfet imagine la Glâne avec une commune unique

| sam, 04. juin. 2016

A son tour, Willy Schorderet, préfet de la Glâne, lance l’idée d’un district avec une seule commune. Pour lui, les nombreuses associations intercommunales existantes plaident pour la cause. L’idée sera débattue aujourd’hui, dans le cadre d’une journée de réflexion ouverte aux élus.

Par François Pharisa

Au menu de la jour-née de réflexion, organisée en ce jour par la préfecture de la Glâne (lire encadré), les fusions de communes. Comme tout préfet qui se respecte, le thème tient à cœur à Willy Schorderet. Avec la récente formation des nouvelles équipes gouvernementales, l’ancien syndic de Massonnens remet la compres-se. Quitte à appeler de ses vœux l’improbable pour mieux faire bouger les lignes. Interview.

Il y a un mois et demi, lors de la cérémonie d’assermentation des élus glânois, vous avez évoqué la possibilité d’une
commune unique. Un simple effet d’annonce ou une volonté?

Il y a une part de provocation, mais je souhaite surtout jeter les bases nécessaires pour entamer des discussions sérieuses autour du sujet. Pourquoi pas après tout? Les fondements sont là. Toutes les associations importantes – notamment le Réseau santé de la Glâne, le Cycle d’orientation, la Région Glâne-Veveyse, l’Association à buts multiples, la corporation forestière et, bientôt, les pompiers – rassemblent déjà les dix-neuf communes du district. Alors, ne devons-nous pas nous poser la question et faire ce saut?

Un district, une commune: est-ce bien la meilleure solution?
Elle présente de nombreux avantages. Dans le domaine de l’aménagement du territoire entre autres. Avec la nouvelle loi, les zones artisanales ou industrielles sont limitées. D’où cette guéguerre entre les communes pour en posséder une et ainsi attirer entreprises et rentrées fiscales. Dans le cas de la commune unique, tout le mon-de retirerait les profits des quelques grandes zones artisanales ou industrielles. Une seu-le commune permettrait également de rationaliser l’administration et de mettre en place un service technique composé de spécialistes. Aujourd’hui, de plus en plus de communes sont d’ailleurs forcées de mandater un architec-te ou un urbaniste pour préparer les dossiers de mise à l’enquête, puis pour suivre l’exécution des projets.

Avez-vous déjà sondé certains exécutifs communaux?
Je rappelle que le mérite de cette idée d’une commune par district revient à mon confrère Michel Chevalley, qui l’avait déjà évoquée dans son plan de fusion il y a quelques années. Puis, Patrice Borcard, préfet de la Gruyère, l’a faite sienne. Et maintenant, je leur emboîte le pas. Mais, pour moi, parvenir à une commune n’est pas un but absolu. La dynamique peut aussi déboucher sur un district à sept, à cinq ou à trois communes. Je lance le débat pour que les gens puissent donner leur avis sur la question. Et si leurs retours s’avèrent positifs, je prendrai mon bâton de pèlerins pour aller consulter toutes les communes.

Glâne Centre refusée, Glâne Nord renvoyée à deux reprises, les fusions n’ont pourtant pas la cote ces dernières années dans le district…
Peut-être que le fruit n’était pas mûr? Mais ces fusions vont être remises sur la table. Je pense que Villaz-Saint-Pierre et La Folliaz retenteront bientôt leur chance. Il en va de même pour Billens-Hennens, Méziè-res et Romont. Et la question se posera aussi pour Grangettes, Le Châtelard et Massonnens. Il y aura inévitablement des rapprochements autour des cinq, voire des sept communes de référence. A savoir Romont, Ursy, Siviriez, Vuisternens-devant-Romont et Villaz-Saint-Pierre, auxquelles nous pouvons ajouter Rue et Villorsonnens.

D’après les retours des exécutifs gruériens, certaines communes préfèrent la commune unique à des fusions plus petites, où la crainte d’être absorbés par le voisin est plus importante…
Effectivement, une commu-ne unique présente l’avantage pour ses membres de ne pas risquer leur identité ni l’existence de leurs sociétés. C’est une commune administrative et économique. La grande commune n’engloutit pas la petite.

Dans son projet de commune unique, Patrice Borcard mise beaucoup sur l’identification au district, au «penser Gruyère». Est-ce aussi possible de rallier autour d’un «penser Glâne»?
Je réponds sans crainte que oui! La preuve en est la vota-tion sur le projet de transformation et d’agrandissement du CO de la Glâne, plébiscité par 80% de la population et par l’intégralité des communes.

Plutôt que des fusions, peut-on imaginer des associations intercommunales plus fortes?
Les associations de communes ont réglé beaucoup de problèmes, que les communes glânoises seules n’arrivaient plus à gérer. Mais, nous devons aussi prendre en compte le reproche émis parfois par la population quant à la perte de démocratie que provoqueraient ces assemblées, puisque les compétences se retrouvent entre les mains de délégués.

Quel bilan dressez-vous de votre plan de fusion, établi en 2012, dans lequel vous souhaitiez n’avoir plus que cinq ou sept communes?
Peu de chose ont été réalisées, je le concède. La seule fusion qui a eu lieu est celle d’Ursy et de Vuarmarens. Mais ce plan a néanmoins contribué à la mise en place d’un certain nombre de projets comme la création d’associations intercommunales ou l’instauration d’une clé de répartition unique.

------------------------------------------

Réfléchir à la Glâne de demain
«Combien de communes doivent former le district de la Glâne (19, 7, 5, 3 ou 1)? Un plan directeur régional doit-il être réalisé à court terme? Comment répondre aux exigences de la nouvelle loi scolaire?» Trois questions parmi d’autres que discuteront les quelque 140 élus communaux et députés conviés par la préfecture de la Glâne à la journée de réflexion, qui se tient aujourd’hui au Cycle d’orientation, à Romont.

«Il s’agit de réfléchir à la Glâne de demain», résume avec enthousiasme Willy Schorderet. Rien moins que cela. Pour ce faire, quatorze groupes
de travail de huit à dix personnes ont été formés. «Chaque groupe établira une liste de propositions concrètes, contenant deux ou trois idées fortes, explique le préfet. Puis, nous les analyserons et rendrons un document de synthèse.» Mais avant de débattre du futur du district,
la matinée sera consacrée à la constitution des assemblées de l’Association à buts multiples de la Glâne, du Cycle d’orientation et du Réseau santé de la Glâne.

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.