La Berra poursuit sa mue et attend la rénovation du chalet

| sam, 06. aoû. 2016

La station de La Berra accueille désormais de nombreux touristes l’été. Ses dirigeants souhaitent toutefois élargir l’offre grâce à différents projets, comme la création de pistes de VTT. Quant au nouveau bâtiment de services, il est bientôt terminé. Seule ombre au tableau: la rénovation du chalet de La Berra, actuellement «au point mort».

PAR VALENTIN CASTELLA

La saison d’été bat son plein pour les stations régionales, dont celle de La Berra. Cette dernière est actuellement en pleine phase de développement. Après la construction du télémixte, l’extension de l’enneigement artificiel et l’aménagement goudronné du parking, un nouveau bâtiment de services va bientôt ouvrir ses portes. Les responsables espèrent toujours proposer deux pistes de descente VTT, sans oublier des sentiers thématiques et un espace ludique. Autant de projets qui ont forcé le conseil d’administration des remontées mécaniques à augmenter le capital de 900000 francs. Autre point en suspens: la rénovation du chalet qui se trouve à l’arrivée du télémixte.
Claude Brodard, président du conseil d’administration de la Société des remontées mécaniques de La Berra depuis 2013, revient sur ces différents points.

Le bâtiment de services
Mise à l’enquête en juin 2015, la construction du bâtiment de services est bientôt terminée. «Son inauguration officielle se déroulera le samedi 10 septembre et l’ouverture du nouveau restaurant est prévue le 1er septembre, annonce Claude Brodard. Globalement, tout s’est bien déroulé, même si nous avions plutôt prévu une ouverture en juillet.»
Le président décrit le bâtiment, d’un coût de 2,7 millions: «Au rez-de-chaussée se trouveront la billetterie et les bureaux de la Société des remontées mécaniques. Les locaux de l’école de ski se situeront également à cet étage. Nous proposerons aussi un magasin de sport, où il sera possible de louer du matériel de ski et de VTT lorsque les pistes seront fonctionnelles.»
A l’étage intermédiaire, une salle de pique-nique de 70 places sera ouverte. «Beaucoup d’écoliers viennent skier à La Berra. Nous avions à cœur de leur offrir un endroit confortable.» A noter qu’il sera aussi possible de manger des repas chauds à cet endroit.
Dans le but de se diversifier, la station mettra également à disposition une salle de conférence d’une capacité de 50 personnes: «L’idée est d’accueillir des entreprises souhaitant organiser des journées au vert. Eté comme hiver, elles pourront bénéficier d’un forfait comprenant la location de la salle, des billets pour les remontées mécaniques et des repas.»
Le nouveau restaurant (120 places) se situera à l’étage supérieur. Une terrasse, d’une capacité de 80 personnes, fera face à l’arrivée des pistes. «Le restaurant sera ouvert toute l’année, midi et soir. L’hiver, lors des grandes affluences, la société locataire pourra allier self-service et service à table.» Quant à la buvette se trouvant en face, à l’extrémité du parking, elle sera démolie prochainement. «Une fois que nous aurons terminé tous nos projets en cours, nous verrons ce que nous allons faire de cet espace.»
Enfin, les toilettes publiques et l’infirmerie se situeront entre le bâtiment de services et la station de départ du télémixte.

Les pistes VTT
Afin d’animer la période estivale, la station peut compter sur un projet phare: l’aménagement de deux pistes de descente VTT, d’un coût de 420000 francs. «Cela fait trois ans que La Berra est ouverte l’été et les visiteurs sont là, grâce notamment à notre magnifique panorama. Les possibilités de promenades sont nombreuses et accessibles. Mais cela ne suffit pas au niveau économique», précise Claude Brodard.
Pour assurer la pérennité de la station, deux pistes, d’une longueur de 5,4 km et de 3,4 km, sont en projet depuis quatre ans. «L’idée paraît simple à réaliser. Mais elle est finalement très compliquée à mettre sur pied. Premièrement, il a fallu convaincre la dizaine de propriétaires fonciers du massif de la Berra. Nous avons ensuite dû passer l’étape des autorisations cantonales. Sans oublier de prendre en considération la topographie du terrain.»
Une fois toutes les conditions réunies, une demande de permis de construire a été déposée. Cette dernière a toutefois fait l’objet d’oppositions: «Selon le Plan d’aménagement local (PAL) de la commune de La Roche, les pistes figurent en zone agricole. C’est principalement sur cet argument que plusieurs organisations de défense de l’environnement se sont appuyées. Ceci même si la commune avait intégré ces pistes en zone d’intérêt général dans la révision de son PAL, qui est en cours.»
Afin que la situation se débloque, une modification partielle du PAL a donc été déposée en mars 2016. Les responsables attendent le retour du Service des constructions et de l’aménagement.
Selon Claude Brodard, le permis de construire devrait idéa-lement être délivré au plus tard en février 2017. «Nous bénéficierions ainsi de quatre mois pour préparer la saison estivale.» Il poursuit: «Je me suis rendu compte que les gens, que ce soit les compétiteurs ou les familles, attendent ces pistes avec impatience. Je suis persuadé qu’elles permettront de canaliser le flux important de vététistes dans le massif. Le potentiel économi-que de cette activité est, par ailleurs, important.»
Les activités estivales seront complètes lorsque trois autres nouveautés seront sorties de terre. La première concerne un espace ludique réservé aux enfants, soit une place de jeux qui se situera à l’arrivée du télémixte, près du chalet de La Berra. Des sentiers thématiques seront également aménagés au sommet. Une table panoramique de 360° est aussi prévue à cet endroit. Au total, le coût de ces trois projets est de 165000 francs.

Le chalet de La Berra
Si la société avance sur de nombreux points, ce n’est pas le cas au niveau du chalet de La Berra, qui attend toujours d’être rénové. L’endroit est pourtant stratégique et des centaines de personnes le fréquentent chaque semaine. «La qualité de la restauration et le sourire du personnel ne compensent pas l’insuffisance de la capacité d’accueil. Avoir des sanitaires qui datent du garde génisse de l’époque n’est pas acceptable. Au niveau de l’image, ce n’est pas bon.»
Les dirigeants de la station sont bien conscients du problème. «Beaucoup de gens se plaignent et nous demandent quand nous allons enfin agir. Sauf que ce chalet est propriété de l’Etat de Fribourg et, de son point de vue, il s’agit d’un chalet d’alpage. Nous avions sollicité un investissement de l’Etat pour augmenter la capacité d’accueil et améliorer les sanitaires. Un montant avait même été inscrit au budget. Sans résultat.»
Vice-syndic de La Roche, Bertrand Gaillard explique que le dossier pourrait évoluer lorsque l’endroit sera mis en zone d’intérêt général, et plus en zone agricole. «La révision partielle du PAL est en consultation depuis le mois de mars, explique-t-il. Une fois qu’elle sera acceptée, deux options vont s’offrir: soit l’Etat décide de rénover le chalet, soit une vente à une collectivité peut être envisagée. Mais, actuellement, il faut avouer que les tractations sont au point mort.»

 

----------------------------

 

«Il nous manque encore 40000 francs»
Autant de nouveaux projets exigent forcément un investissement important. C’est pour cette raison que la Société des remontées mécaniques de La Berra a procédé à une augmentation du capital-actions de 900000 francs (650000 francs pour le bâtiment de services et 250000 francs pour les activités d’été). «Nous avons effectué un énorme travail pour récolter ces fonds, explique Claude Brodard, président du conseil d’administration de la Société des remontées mécaniques de La Berra. Aujourd’hui, il nous manque encore 40000 francs et nous avons trois mois pour dénicher cette somme. Nous avons constaté que la population et les entreprises étaient sensibles à notre travail. Le fait d’être bénévole et d’œuvrer pour la région encourage les gens à investir.»
Au niveau financier, l’exercice 2015/2016 a été «difficile en raison du mauvais hiver, explique Claude Brodard. Les comptes ne sont pas encore bouclés, mais nous allons enregistrer une perte. Nous n’avons pas eu de neige à Noël et la semaine de carnaval a été très mauvaise. Il n’y a pas lieu de s’inquiéter, mais il ne faudrait pas avoir un tel hiver trois ans de suite.» Le président conclut: «Nous sommes très vigilants au niveau des finances. Le leitmotiv de la station est de respecter les dépenses annoncées, car les recettes sont aléatoires, compte tenu de la météo.» VAC

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.