La folie a déjà gagné le site de la Fête

| jeu, 25. aoû. 2016

Demain soir, Albert Bachmann ouvrira la Fête fédérale de lutte suisse à l’aérodrome de Payerne. Entre des Alémaniques qui viennent en repérage par bus entiers et des Romands «babas» devant les infrastructures, le président d’Estavayer 2016 se rassure: il y aura bien 250000 spectateurs ce week-end.

PAR JEROME GACHET

On y est! Demain à 17 h, lors de la cérémonie d’ouverture, la Fête fédérale de lutte suisse et des jeux alpestres sera officiellement lancée. Un événement incroyable qui devrait attirer plus de 250000 spectateurs.
Directeur de l’usine Saidef (traitement des déchets) dans la «vraie vie», Albert Bachmann endosse la présidence d’Estavayer 2016. Lors de cette interview réalisée lundi sur le site, il n’en finit pas de s’étonner de l’engouement que provoque une telle fête.

Quel est votre état d’esprit dans la dernière ligne droite?
Je suis rassuré de constater que l’affluence ne cesse d’augmenter sur le site. Nous l’avons ouvert il y a une dizaine de jours pour que les gens puissent le découvrir. Près de 18000 personnes s’y sont rendues, dans le cadre des visites organisées ou simplement pour jeter un coup d’œil.

Qui sont ces visiteurs?
Des personnes de la région, mais aussi de nombreux Alémaniques qui viennent en repérage. Ils arrivent par bus entiers. Un fan de lutte veut absolument être dans l’arène quand ça commence, le samedi à 7 h 30. Donc, il veut savoir comment accéder au site, où se parquer, où se situe sa place dans la tribune, etc. Il fait aussi un tour du côté du camping pour repérer un emplacement potentiel. A ce sujet, je pense que les 20000 places prévues seront occupées.

Tous les billets de l’arène ayant trouvé preneur (52016 par jour), l’enjeu sera d’accueillir en tout cas autant de monde à côté, par exemple pour suivre les passes sur écran géant. Y arriverez-vous?
Je pense de plus en plus que nous dépasserons facilement notre objectif. D’abord, le temps s’annonce idéal. Ensuite, nous constatons que de nombreuses personnes sont déjà en vacances dans la région depuis une semaine. Tous les campings qui se trouvent à proximité affichent complet au point que nous avons décidé de les desservir par les transports publics. Mais le plus encourageant, ce sont encore les retours très positifs que nous recevons de la part des visiteurs.

Et que vous disent-ils?
Les Romands sont ébahis par le gigantisme de cette fête. Ils parlent de folie, tout en étant «babas» devant de telles infrastructures. Pour les Alémaniques, en revanche, c’est quelque chose de normal. Ils sont surtout heureux de constater qu’il y a assez d’espace, même en présence de 100000 personnes.

Pour financer un tel événement, votre budget (25 millions) est énorme. Où en êtes-vous sur ce plan-là?
Pour faire simple, les recettes se décomposent à raison d’un tiers pour la billetterie, un tiers pour le sponsoring et un tiers pour la gastronomie. Pour les deux premiers points, nous avons déjà les montants espérés.

Et pour la gastronomie?
Deux tiers de ce dernier tiers sont d’ores et déjà couverts grâce aux événements VIP et à la sous-location des six cantines de 2000 places à des privés. Reste un neuvième  du budget à assurer lors de la Fête elle-même. Je suis donc très optimiste.

Vous avez pourtant demandé une garantie de déficit de 1,3 million de francs, assuré pour moitié par la commune d’Estavayer-le-Lac et pour l’autre moitié par l’Etat de Fribourg…
Cela faisait partie du cahier des charges. Il faudrait vraiment être confronté à un gros problème, par exemple d’infrastructure, pour que nous les utilisions. Je ne peux pas totalement l’exclure dans la mesure où nous n’avons pas reçu tous les décomptes.

Cette fête est organisée par des Fribourgeois sur sol vaudois. Un casse-tête sur le plan administratif, non?
Actif en politique depuis vingt ans (Albert Bachmann a été syndic d’Estavayer), j’ai toujours été prorégion à 150%. Dans la Broye, cette collaboration intercantonale s’est déjà concrétisée avec le gymnase et l’hôpital. Pour la Fête fédérale, tout passe par la préfecture de la Broye. Ensuite, les cantons et leurs services règlent les problèmes entre eux. L’entente est très bonne. Par exemple, chaque patrouille de police est composée d’un Fribourgeois et d’un Vaudois.

Des bars qui ferment à 3 h et qui ouvrent à 5 h 30 déjà, 200000 litres de bières prévus… Cet événement a aussi un côté beuverie…
Il est inévitable que des gens boivent trop, mais cet aspect a toujours été maîtrisé lors des Fêtes fédérales précédentes. Chaque cantine bénéficiera de sa propre sécurité.

Sur le plan sportif, les Romands visent entre une et trois couronnes, mais pourraient se retrouver avec rien… Ce serait grave pour vous?
Comme président, je dois veiller à ce que tout se passe bien et que les sportifs se trouvent dans les meilleures conditions. De bons résultats seraient certes la cerise sur le gâteau, mais je n’ai aucune emprise là-dessus. Les athlètes – au total, 400 lutteurs, hornussiens et lanceurs de pierre – séjourneront dans un village qui leur sera réservé. Ils bénéficieront d’un restaurant, de tables de massage, d’un fitness, etc. Personne n’ira les déranger. Pour leur confort, nous avons même construit une passerelle qui les mènera directement dans l’arène sans qu’ils croisent qui que ce soit.

La mobilité était le point qui vous préoccupait le plus il y a deux semaines. Quelle est la situation aujourd’hui?
Il faut effectivement que les gens utilisent les transports publics dans la mesure du possible. Ce qui nous inquiète le plus, c’est le tronçon Berne-Estavayer sur l’A1, avec un pic de circulation entre 5 et 7 h le samedi. Nous avons dès lors décidé de faire sortir des véhicules à Chiètres, voire à Morat. En dehors de l’autoroute, ce sera bon. Il y aura des places de parc pour tout le monde. Nous conseillons aussi aux gens de la Suisse romande de venir en transports publics, mais cela nous inquiète moins.

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le club où cohabitent rock, électro, théâtre…

L’Américaine Anna Burch lance ce samedi la saison des concerts d’Ebullition. Tour d’horizon avec le programmateur Thomas Van Daele, qui s’apprête à vivre sa deuxième année à la rue de Vevey.

ÉRIC BULLIARD

Après un premier week-end où se sont succédé une party et une soirée d’improvisation théâtrale, Ebullition retrouve le goût de la musique live ce samedi. «En septembre et en octobr...