«Un Conseil d’Etat équilibré»

| sam, 12. nov. 2016

En danger, la socialiste gruérienne Anne-Claude Demierre fait valoir son expérience et sa maîtrise des dossiers pour rester au Conseil d’Etat.

Par Jérôme Gachet

Comment voyez-vous ce deuxième tour. En terminant 9e, derrière Jean-François Steiert et Marie Garnier, vous allez être la cible de la droite.
Je n’ai jamais entendu cela. J’aborde ce deuxième tour avec beaucoup de confiance. Il s’agit d’un match retour où les compteurs sont remis à zéro. Avec l’alliance de gauche, nous formons une équipe soudée afin de proposer à la population un Conseil d’Etat où les sensibilités sont représentées, notamment au niveau des langues et des femmes. Ce canton a une tradition d’équilibre. Il marche sur sa jambe droite et sur sa jambe gauche et il serait dommage de le forcer à prendre des béquilles.

En termes de représentativité, la droite a obtenu 60% des voix et la gauche près de 35%. On est tout aussi proche de cinq élus de droite et deux de gauche que de quatre et trois, non?
On peut le voir ainsi. Ce canton vit depuis longtemps avec la formule
4-3. J’ai toujours travaillé de concert avec mes collègues de droite, même si je n’ai pas toujours obtenu les moyens espérés. A trois, la gauche pourra être un vrai contrepoids, mais aussi une force de propositions. Si je compare les profils smartvote des six candidats de l’entente, je constate que Stéphane Peiry (n.d.l.r.: udc) est isolé tout à droite.

La gauche a joué sur la représentation des femmes. Cela n’a semble-t-il joué aucun rôle au premier tour. Pourquoi est-ce que ça changerait le 27 novembre?
Je me l’explique avant tout par l’entente de droite, qui a bien marché. Mais, depuis dimanche, je reçois des témoignages de personnes qui me disent que la situation ne peut pas rester ainsi. Les résultats du premier tour ont créé un électrochoc. Et la population a l’habitude de procéder à un rééquilibrage.

Comment expliquez-vous votre score?
La Gruyère ne m’a clairement pas soutenue. Je mets d’abord cela sur le compte de la liste d’entente. Ensuite, j’ai des dossiers plus sensibles que certains de mes collègues du Gouvernement, les hôpitaux et les requérants par exemple. Pour les migrants, la Confédération attribue des personnes à chaque canton et moi, je dois trouver des solutions. Cela se passe d’ailleurs très bien, mais on me colle peut-être l’étiquette de celle qui ouvre les centres de requérants.

Concernant la fermeture de la maternité de Riaz, il n’y avait finalement pas vraiment eu de tollé.
J’avais moi aussi l’impression que les arguments avaient convaincu. Depuis dimanche, je me rends compte que le sujet, très émotionnel, est gravé dans le cœur des gens. Cette décision était d’abord celle du Conseil d’administration, approuvée par le Conseil d’Etat et le Grand Conseil. Ce n’est donc pas Anne-Claude Demierre toute seule qui l’a prise. Mais je l’assume pleinement dans le sens où c’était le seul moyen d’assurer la sécurité des patientes. La stratégie doit permettre d’assurer le positionnement de l’HFR dans le paysage hospitalier suisse. A terme, nous n’aurions plus pu attirer les médecins si nous ne faisions rien. Et je me suis battue pour les hôpitaux du Sud, pour que Riaz conserve des soins aigus de proximité, des urgences, pour que les gens qui ont besoin de dialyse ou de chimiothérapie puissent y recevoir les traitements. A Billens, on garde un hôpital pour la réadaptation, tandis que le site de Châtel devient un centre de santé avec des médecins de famille.

Vous avez quand même été déçue de votre score…
Je n’ai jamais été élue au premier tour et il était évident pour moi que cela se jouerait à nouveau au deuxième. Mais, effectivement, j’ai ressenti une certaine déception en voyant que mon district ne m’a pas vraiment soutenue.

Reconnaissez-vous des erreurs lors de cette campagne? Notamment quand vous avez affirmé qu’un seul conseiller d’Etat alémanique suffirait?
D’abord, je n’étais pas la seule à le dire: Olivier Curty l’a également affirmé. J’ai d’ailleurs tout de suite précisé que je faisais référence à la Singine qui ne doit pas forcément avoir deux conseillers d’Etat. Il est clair que la minorité alémanique doit être représentée. Venant d’autres districts, MM. Steiert, Wüthrich ou Mme Schneider Schüttel sont également germanophones. Je suis très sensible à la minorité linguistique de ce canton dans les dossiers que je gère.

Entre vous et Marie Garnier, il y aura forcément une lutte interne, non?
Non, on repart en équipe et nous appelons à voter compact.

Que ferez-vous si vous n’êtes pas élue?
Je me bats de toutes mes forces pour faire partie du prochain Gouvernement. Mais si la population en décide autrement, j’en prendrai acte.

Pas de plan B?
Non.

Pourquoi voter pour vous?
Chaque matin, quand je me lève, c’est avec cette même envie de trouver des solutions et de développer des projets pour la qualité de vie des Fribourgeoises et des Fribourgeois. Je remets à disposition mon expérience et ma compétence, ma maîtrise des dossiers n’étant contestée par personne. Je fais aussi valoir mes valeurs de femme, afin de défendre la famille au sens large, des jeunes aux personnes âgées. Toutes les décisions que j’ai prises l’ont été dans l’intérêt de ce canton, même si certaines ont été difficiles. Mon énergie, mon engagement et ma détermination sont intacts.

Commentaires

Un Conseil d'Etat équilibré ? Oui mais sans vous. Arrêtez de vous cacher derrière le Conseil d'administration des HFR ou derrière le Conseil d'Etat. Assumez clairement vos décisions.
Madame la Conseillère d'Etat, Pour info, j'ai été énormément déçue de votre maitrise des dossiers lors de votre précédente législature : suppression de différents services dans nos hôpitaux, dont en particulier les urgences. Lorsque nous en avons besoin, l'attente peut durer plusieurs heures, c'est inadmissible, c'est une médecine à 2 vitesses. Rachat de la Gouglera pour en faire un foyer pour requérants. Pareille somme pour des étrangers, alors qu'il manque de place pour des homes pour nos citoyens. J'espère, qu'en cas d'élection, vous vous pencherez davantage pour vos concitoyens.
Un moment donné faut savoir dire stop... trop se montrer avant les élections et faire de beaux discours et quand on vous demande quelque chose dans le domaine qui est le vôtre et qu'on vous envoie sur les roses... cherchez l'erreur

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses