La buvette qui devient le bistrot du village

| mar, 10. Jan. 2017

Au bénéfice d’une patente provisoire, la buvette du foot à Corbières est ouverte comme un bistrot depuis le mois de novembre. Derrière le bar, Cindy Chassot, 26 ans, rêvait d’avoir sa petite affaire.

PAR SOPHIE ROULIN

Cheveux orange, ongles foncés à rallonge, piercings, vêtements noirs, Cindy Chassot a plus le look gothique que fan de foot. Depuis juillet, elle tient pourtant la buvette du club local à Corbières et l’exploite comme un bistrot depuis le mois de novembre. Resté sans établissement public depuis plusieurs années, le village y retrouve des petites habitudes. Fini les apéros à la déchetterie!
«J’ai toujours rêvé d’avoir mon truc, raconte la jeune femme de 26 ans. J’espère que l’expérience va durer.» Depuis sa majorité, elle travaille dans le domaine du service. «Le club cherchait depuis un moment quelqu’un pour gérer la buvette lors des matches. Une amie qui venait régulièrement donner un coup de main m’en a parlé. Je n’avais pas de job à ce moment-là et on s’est lancées.»
Durant l’été et l’automne, les deux amies n’ouvrent que pour les matches et les entraînements. La buvette est au bénéfice d’une patente H, qui donne le droit de servir lors des manifestations sportives. «Les membres et leurs supporters formaient la clientèle, mais pas seulement, note Cindy Chassot. Les habitants de Corbières venaient aussi prendre l’apéro, même sans être intéressés par le foot.» Le bistrot du village a fermé ses portes il y a plus de cinq ans. Transformé en appartements, il ne rouvrira pas.


Cours de cafetier en vue
«Beaucoup disaient que ça manquait, un endroit pour se retrouver», ajoute la Bulloise. Il n’en faut pas plus pour lui donner l’élan et entamer les démarches pour ouvrir davantage. Un défi qu’elle relève seule, son amie, employée à 100% dans un autre domaine, ayant renoncé. «Il y a quelques années, une tenancière ouvrait déjà les vendredis et samedis soir, explique Cindy Chassot. Cela nous a permis d’obtenir la patente B sans changement d’affectation.» En avril, elle retrouvera les bancs d’école pour suivre le cours de cafetier.
En attendant, elle ouvre la buvette tous les jours dès 6 h, sauf le dimanche. «A part s’il y a des matches, évidemment. Pour l’instant, j’ouvre très largement. Je réajusterai en fonction des habitudes qui seront prises.» Le système de location continue aussi de fonctionner. Les habitants de Corbières et de Villarvolard, mais aussi des gens de passage s’asseyent à la buvette. Le club, lui, est content de voir vivre l’endroit: «Pour nous, c’est une bonne formule, commente Hubert Thomann, président du Continental Club de Corbières. Ces cinq dernières années, nous avons exploité grâce à l’engagement de bénévoles. C’était lourd à porter.»
A la commune, on est aussi satisfait. Les autorités ont d’ailleurs soutenu la jeune femme dans ses démarches. «Avoir un lieu de rencontre est quelque chose d’important et de positif pour nos citoyens», relève le syndic Gabriel Kolly.
Et les habitants jouent le jeu: l’Amicale villageoise qui organisait des apéros à la déchetterie pour combler ce manque y a renoncé. Elle l’a annoncé dans le dernier bulletin communal Le corbeau et le renard. «Ça s’est fait spontanément, relève Cindy Chassot. C’est sympa.»

Commentaires

Pas sympa pour tout le monde!....
Super pour la dame et voilà enfin une commune au top et à l'écoute. Bravo.

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un homme glisse et se tue à la Dent-du-Bourgo

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-du-Bourgo (commune d’Estavannens), dimanche matin. Un homme de 23 ans, domicilié à Siviriez, a perdu la vie. Alors qu’il effectuait une randonnée seul, il a glissé et a fait une chute d’une centaine de mètres. Son corps a été retrouvé par la colonne de secours.