Quinze Portugais blessés ont pu rentrer en Suisse

| lun, 09. Jan. 2017

Quinze Portugais blessés lors de l'accident de car qui s'est produit dimanche matin en France ont quitté l'hôpital. Ils ont pu rentrer en Suisse dans la soirée. Trois blessés sont toujours en état d'urgence absolue, dont un enfant de 2 ans.

Leur état a été jugé bon par les médecins hospitaliers, a dit lundi à l'ats Marlène Germain, sous-préfète de Saône-et-Loire. En fin d'après-midi, ils avaient été acheminés vers un centre d'accueil des impliqués à Charolles.

Une équipe de la Croix-Rouge, formée pour ce genre de situation, les y a accueillis avec des boissons chaudes et une oreille ouverte. Vers 19h30, deux véhicules mis à disposition par le consulat du Portugal en Suisse ont pu rapatrier onze blessés vers leurs domiciles en Suisse. Quatre autres blessés ont pu rentrer par leurs propres moyens, précise Mme Germain.

Un enfant de deux ans parmi les blessés graves

Trois blessés graves en urgence absolue, dont un enfant de deux ans et son père, ainsi que dix blessés en urgence relative sont toujours à l'hôpital en France. Les corps des quatre personnes décédées sont à Charolles.

Dans l'attente

A Romont, d'où proviennent la plupart des passagers du car, la communauté portugaise est toujours dans l'attente d'informations. Beaucoup de personnes appellent au centre portugais pour se renseigner, a dit à l'ats une responsable.

La police cantonale fait office d'intermédiaire entre les autorités françaises et les familles de la communauté portugaise fribourgeoise. Elle est en contact avec les autorités françaises. Une cellule a été mise en place dimanche matin, a dit à l'ats un porte-parole. La police fribourgeoise n'a toutefois aucune information actuellement. ATS

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Le chalet du Soldat se cherche de nouveaux anges gardiens

Les tenanciers actuels se retirent fin mars. Propriétaire, la Fondation du chalet du Soldat leur cherche un remplaçant. Une quête que complique une pénurie d’eau. Habituel en été, le problème frappe pour la première fois le chalet en hiver. Il est fermé depuis mi-janvier. S’y ajoutent l’accès difficile et le casse-tête du ravitaillement…