Bon courage pour la suite…

Commentaire

RIE III. Il y a pire que perdre: perdre par sa propre faute. C’est ce qui est arrivé dimanche à la droite qui, tellement sûre de son coup, a poussé le bouchon trop loin. A l’origine, la troisième réforme de l’imposition des entreprises ne devait pas poser de problème. Il s’agissait de mettre fin aux régimes spéciaux. Et si le Parlement avait accepté la première proposition du Conseil fédéral – celle d’Eveline Widmer-Schlumpf… – probablement que la RIE III aurait été acceptée sans sourciller. Mais au lieu de cela, la droite a chargé le paquebot en le croyant insubmersible. Voilà qui offre au Parti socialiste – et à son président Christian Levrat – un triomphe majeur. Et c’est désormais la gauche, avec le peuple derrière elle, qui tient le couteau par le manche dans ce dossier. Aujourd’hui, le temps presse si la Suisse ne veut pas se retrouver en 2019 sur la liste noire des paradis fiscaux. Le Conseil fédéral et le Parlement devront trouver un équilibre subtil entre compétitivité – pour les PME et les multinationales – pertes fiscales et intérêts de la classe moyenne et des villes. Le tout sans employer des termes qui, comme les patent box ou les intérêts notionnels, donnent des boutons aux Suisses. Bon courage! Au niveau fribourgeois, Georges Godel espère que son projet, certes plus léger, ne va guère évoluer. Mais après la gifle reçue dimanche, ce cas de figure paraît improbable. Jérôme Gachet

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending