Din le tin, le travô in Grevire

En patois
En français

 

Dariremin, on bi lêvro vin dè chayi è ke no rapalè kemin on vèkechê in Grevîre, din lé j’an mil-nouthin-trinta a chaptanta. On vê ke lè dzin l’avan la ya dura è lè j’àrè dè travô ne léchivan pâ tan dè rèpou. L’i é trovâ bin di tsoujè ke l’é konyu è achebin betâ on vejâdzo chu bin di dzin k’lan tèmonyi. A pâ chobrâ a dou ou trè chu on piti bin, ou bin fourni kemin dyêrthon, prà dè dzouno ne trovâvan rin d’ôtro tyè dè modâ a Lojena ou bin a Dzenèva, po fére lou ya. Kotyè fabrekè bayivan a ch’akupiyi, ma fayi povê i intrâ.
In Grevire, payi dou bou, prà dè fabrekè travayivan ha matêre. Ma lè dzin iran pou payi. Chin fâ ke din lè premi j’an thinkantè, lè j’ôvrê dou bou l’an dèbrèyi a Bulo. Chin l’a derâ on mê. Mè chovinyo, kan iro a l’èkoula chèkondére, d’avi yu lè kortéje di j’ôvrê avu lou pankârdè ke dèmandâvan d’ithre mi rèkonyu. A fouârthe dè batayi, l’an jou ou piti ôtyè (vin chantime d’èpye a l’àra). Bin dè hou k’l’avan lanhyi l’afére l’ an pardu lou piêthe. Irè dinche din chi tin, fayi chè kontintâ dè pou è chè tyiji.
Pê bouneu, avu lè j’an è to bounamin, lè tsoujè l’an bin tsandji. Ora, kan on vê kemin la vela dè Bulo è lè velâdzo outouâ l’an agrochi, on pou chè dre ke lè dzouno rètràvon dou travô in Grevîre. La ya l’i è pou-t’ithre pye fachila, ma pâ chure ke l’è pye channa. Vonvon Kolly


Autrefois, le travail en Gruyère
Dernièrement, un beau livre vient de sortir, il nous rappelle comment on vivait en Gruyère, dans les ans 1930 à 70. On voit que les gens avaient la vie dure et les heures de travail ne laissaient pas tant de repos. J’y ai trouvé bien des choses que j’ai connues et aussi mis un visage sur les gens qui ont témoigné. A part rester à deux ou trois sur un petit domaine, ou bien finir comme domestique de campagne, beaucoup de jeunes ne trouvaient rien d’autre que de partir à Lausanne ou Genève, pour faire leur vie. Quelques fabriques donnaient l’occasion de s’occuper, mais il fallait pouvoir y entrer.
En Gruyère, pays du bois, beaucoup de fabriques travaillaient cette matière. Mais les gens étaient peu payés. Ce qui fait que dans les premières années cinquante, les ouvriers du bois ont fait grève, à Bulle. Cela a duré un mois. Je me souviens, quand j’étais à l’école secondaire, d’avoir vu les cortèges des ouvriers, avec leurs pancartes, qui demandaient d’être mieux reconnus. A force de batailler, ils ont eu un petit quelque chose (20 centimes de plus à l’heure). Beaucoup de ceux qui avaient lancé l’affaire ont perdu leur place. C’était comme ça dans ce temps-là, il fallait se contenter de peu et se taire.
Par bonheur, avec le temps et tout gentiment, les choses ont bien changé. Maintenant, quand on voit comment la ville de Bulle et les villages alentours ont pris de l’ampleur, on peut se dire que les jeunes retrouvent du travail en Gruyère. La vie y est peut-être plus facile, mais pas sûr qu’elle soit plus saine. Vonvon Kolly

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses