On gugèri

En patois
En français


L’èchpyenâdzo l’è on mihyi bin dèlika. Chêrtin le fan pê nèchèchitâ, ma prà pê kuriojitâ; l’è pâ tan bi.
Din on velâdzo, l’avan tsandji dè réjan. On to dzouno irè arouvâ, vèkechê din le tinyèmin dè chi k’irè modâ a la rètrèta. Din la mima méjon, la méjon d’èkoula, chè tinyê l’ôtro, avu cha fèna è chè j’infan. Vo chédè chin ke l’è, kan l’i a ôtyè dè novi, lè dzin, chuto lè fèmalè, fan on bokon d’èchpyenâdzo. L’ou fô to chavê: chin ke medzon, chin ke fan è chuto nekoué i kortijon.
Le viyo réjan è cha dàthe iran dinche. «L’è modâ a tyint’àra? L’è rèvinyê kan? Cholè?». Le pouro dzouno povi rin fére chin ke l’ôtro le chatsichè.
Ouna né dè furi, ou bi dè lena, lè dou kuryà l’an apêchu on kotiyon ke ch’indalâvè du vê le vejin. Trè j’àrè dou matin! Chkandale! Le lindèman l’è jelâ chenâ a la kura: «Vo chédè Moncheu, chin va pâ dou to. Chi dzouno i rèchyê di fèmalè, no j’an yu on kotiyon ke ch’indalâvè du vêr-li a trè j’àrè dou matin. Chin l’è pâ on ègjinpyo po lè j’infan. Toparê!»
Le bon prithre ke portâvè adi la chotanna, in chè ratinyin dè rire l’i dèmandè: Ditè mè vê, irè tyin dèvêlené ke vo j’i yu ha «fèmala»?
Demâ né, a trè j’àrè, anfin demikro matin. «È bin, ke l’i rèbrekè Moncheu, l’é pachâ la vèya vêr-li, chi dèvêlené-inke. No j’an dzuyi i kârtè, tanyè a trè j’àrè!» Anne Marie Yerly


Un curieux
L’espionnage est un métier bien délicat. Certains le font par nécessité, mais beaucoup par curiosité; ce n’est pas très beau.
Dans un village, on avait changé d’instituteur. Un tout jeune était arrivé, il vivait dans l’appartement de celui qui était parti à la retraite. Dans la même maison, la maison d’école, habitait l’autre, avec sa femme et ses enfants. Vous savez comme ça se passe, quand il y a quelque chose de nouveau, les gens, surtout les femmes, font un peu d’espionnage. Il leur faut tout savoir: ce qu’ils mangent, ce qu’ils font et surtout qui ils fréquentent.
L’ancien instituteur et sa douce étaient ainsi. «À quelle heure est-il parti? Quand est-il revenu? Seul?» Le pauvre jeune ne pouvait rien faire sans que l’autre le sache.
Une nuit de printemps, au clair de lune, les deux curieux ont aperçu un cotillon qui s’en allait de chez le voisin à trois heures du matin! Scandale! Le lendemain, il est allé sonner à la porte de la cure: «Vous savez, Monsieur le curé, cela ne va pas du tout. Ce jeune reçoit des femmes, nous avons vu un cotillon qui s’en allait de chez lui, à trois heures du matin. Ce n’est pas un exemple pour les enfants. Tout de même!»
L e bon prêtre, qui portait encore la soutane, en se retenant de rire, lui demande: Dites-moi, quel soir avez-vous vu cette «femme»?
Mardi soir, à trois heures, enfin mercredi matin. «Et bien, lui réplique le curé, j’ai passé la veillée chez lui ce soir-là. Nous avons joué aux cartes jusqu’à trois heures…» Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses