La konpyinta dou kurti dèléchi

En patois
En français

 

Chi kurti léchi a li-mimo du on demi chyêkle, irè dèvan tan on adju d’amâ. L’i a dè chin ouna tropa dè j’an, lè dzin amâvan l’i ch’arèthâ. On mache dè chèkrè iran muchi din l’èpèchyà frètse dè cha verdyà.
Mé d’on chondzèri, l’a léchi chè j’yè è chè moujiron kore in delé dè chon viyo portô inruyi, mâyi, dèkankenâ, akrotchi a duvè kolondè krouvâyè dè mocha. Doulon dou mu, yô tan dè roujè ch’iran gondolâyè, on trèyâdzo dèhyou pê lè brelingè dou tin, chè léchè puri chin règrè. A tsô pou, la natura l’a dèlodji lè kurtiyâdzo. Adyu balè rirochètè, vèrdè chalârdè, bi j’inyon, è vo, galéjè fanfyoulè, dè vo bêhyè: i chàbrè kotyè tsavanton muji.
Pê chi kurti yô lè brantsè dè l’âbro ponbyon vê la têra è yô lè j’èpenè dou môrouni grapiyon adi, chumiyè on piti ban dè pêrè. L’a l’ê on bokon mafi. Ou bè d’ouna brantse, on koua-rodzo tsanthenè la konpyinta dou kurti pêrdu: «Chôpyé! Chôpyé! Tsapyâdè pâ me n’âbro è mè pyantè, chu rintyè on kurti on bokon chèrvâdzo, i âmo ourâ mon kà i j’infan ke vinyon chè dèmorâ in tsantin. I j’amouirà ke tsèrtson la tindrèthe din la douhyà d’è ma vèrdyà. I viyelè vinyin chè rèpojâ dèvan dè rintrâ vêr là. Vouè, di j’omo ke l’an ouna hyà dè bèton a la botenêre dè lou vèchton, âmèran mè yètâ po fère on garâdzo choutêrin è pêr in-dèchu, di toua tan hôtè, k’on krêrê ke van gatoyi lè nyolè. N’in pu rin-mé dè pyorâ! Chu adi le dêri kâro vê dè ha poura velèta, trichtamin i tè dèdiyo ma dêrire lègrema.» Bernard Chaney

 

La complainte du jardin délaissé
Ce jardin laissé à lui-même depuis un demi siècle, était avant un endroit bien aimable. Il y a quelques années, les gens aimaient s’y arrêter. Beaucoup de secrets étaient enfouis dans l’épaisseur de sa verdure.
Plus d’un rêveur a laissé ses yeux et ses pensées courir au-delà de son portail rouillé, tordu, branlant, accroché à deux colonnes couvertes de mousse. Le long du mur, là où tant de roses s’étaient pavanées, un treillage décloué par les caprices du temps, se laisse pourrir sans regret. Peu à peu, la nature a délogé les légumes. Adieu belles carottes, vertes salades, beaux oignons, et vous jolis haricots, de vos rames, il ne reste que des bâtons moisis.
Dans ce jardin, où les branches de l’arbre penchent vers la terre et où les épines du mûrier grimpent encore, sommeille un petit banc de pierre. Il a l’air un peu fatigué. Au bout d’une branche, un rouge-queue chantonne la complainte du jardin perdu: «S’il vous plait, s’il vous plait, ne coupez pas mon arbre, je ne suis qu’un jardin un peu sauvage, j’aime ouvrir mon cœur aux enfants qui viennent s’amuser en chantant. Aux amoureux qui cherchent la tendresse dans la douceur de ma verdure. Aux petits vieux venant se reposer avant de rentrer chez eux. Aujourd’hui, des hommes, qui ont une fleur de béton à la boutonnière de leur veston, voudraient me mettre le grappin dessus, pour faire un garage souterrain et par-dessus, des tours si hautes qu’on croirait les voir chatouiller le ciel. Je n’en peux plus de pleurer! Je suis encore le dernier coin vert de cette pauvre petit ville, tristement je te dédie ma dernière larme.» Bernard Chaney

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses