Dou platche ou pan

En patois

 

Ma mére-gran n’in fajê kan no j’iran piti. Din chi tin, l’avan di montanyè,è l’ outon, lè j’armayi portâvan bâ, kemin i dejan adon, lè kondiihyon: du fre è dou buro. Prà dè buro.

Vo chédè ti ke din lè j’an karanta, l’avan rin di dzalêrè, le buro irè rancho in pou dè tin. Ache, Marêna prenyê on grô po d’èmetô  è i  fajê fondre chon buro chu le fu, to bounamin è grantin. Dèvechê le léchi godji a fu dà. Piti a piti, lè gràbè tsantâvan è din l’othô pyanâvè on foumè parfumâ.

Kan lè gràbè iran bin dorâyè, i prenyê la potse pèrhya po lè teri fro. L’è betâvè d’a pâ po fére le fameu kunyu i gràbè. Le buro irè adon pachâ ou koyà,  è betâ din di toupenè. Chè vouêrdâvè grantin dinche. L’inpyèyivan po frekachi è po fére lè bunyè de la Bènichon.

Ma, i dejê ke din le to viyo tin, din lè méjon yô l’avan di fiyè a maryâ, i organijâvan di vèyè dè «Platche ou pan». Po koujenâ ha gormandi, i fajan brâtâ di mochi dè pan din chi buro fondu. Mè moujo bin ke bêvechan pâ tyè dè l’ivuè. Irè l’okajyon  dè chè règalâ… pu dè kortijâ.

Ou dzoua d’ora, no van a la bouteka è no j’atsitin dou «beurre à rôtir». Ma na, l’è pâ ache bon tyè chi a Marêna.

Anne Marie Yerly

 

Du pain perdu

Ma grande mère en faisait quand nous étions petits. En ces temps-là, ils avaient des montagnes, et en automne les armaillis apportaient au bas, comme on disait alors, les conditions: du fromage et du beurre. Beaucoup de beurre.

Vous savez tous que dans les années quarante, il n’y avait pas de congélateur, le beurre était rance en peu de temps. Aussi, Marraine prenait une grosse marmite en bronze et elle faisait fondre son beurre sur le feu, tout doucement et longtemps. Elle devait le laisser mijoter à feu doux. Petit à petit les greubons chantaient et dans la cuisine planait un fumet parfumé.

Quand les greubons étaient bien dorés, elle prenait un écumoire pour les sortir. Elle les mettait à part pour faire le fameux gâteau aux greubons. Le beurre fondu était alors passé et mis en terrines. Il se gardait longtemps. On l’employait pour rôtir et pour cuire les beignets de bénichon.

Mais, elle disait que dans le tout vieux temps, dans les maisons où il y avait des filles à marier, on organisait des veillées de Platche ou Pan. Pour confectionner cette gourmandise, on faisait rôtir des tranches de pain dans ce beurre fondu. Je pense bien qu’on ne buvait pas que de l’eau. C’était l’occasion de se régaler et de courtiser.

Aujourd’hui, nous allons à l’épicerie et nous achetons une boîte de Beurre à rôtir. Mais non, il n’est pas aussi bon que celui de Marraine.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses