Fô pâ tru akujâ le rèlodzo

En patois
En français

L’è èretâ d’on rèlodzo a koukou. L’è fêrmo viyo, l’orlojé m’a de  ke vinyê du la Forêt Noire du le keminthèmin dè milevouè-thin. I tsantè adi bin, rin fôta dè l’i bayi dou gran.

M’è rèvinyê in mèmouâre l’ichtouâre dè chi choulon ke rintrâvè chu le matin, avui on vayin voyâdzo. L’avan on koukou, vêr-là. Ch’è moujâ intrè-li: «Trè j’àrè… mè fô le léchi tsantâ trè kou… pu i tsantèri onko vouète, dinche ma fèna va chè krêre ke l’è ondz’àrè.» To chè pachâ dinche.

Tyè ke, le lindèman matin a dèdzounon, cha fèna l’i fâ: «Di-vê, tè fudrè alâ portâ a rèparâ le koukou. Chta né pachâye, l’a tsantâ trè kou, l’a rotâ, apri chin,  dou yâdzo koukou, pu l’a keminhyi a ronhyâ.»

Apri ha rijârda mè fô achebin rèparâ ôtyè: La chenanna pachâye l’é dèvejâ dè kunyu i gràbè. Mè fô vo j’avouâ ke mè chu fetchi le dê din l’yè. Lè gràbè po le vertâbyo kunyu chè fan  pâ avui le buro, ma avu la gréche dè kayon: le lâ. Po hou ke le chan pâ, i fô pâ konfondre le bakon avu le lâ ( in franché chè di le saindoux). Fô achebin pâ konfondre le lâ avui le là… vo chédè chi ke chè promênè in vela; ma chin l’è oun’ôtr’afére!

Anne Marie Yerly

 

Il ne faut pas accuser la pendule

J’ai hérité d’une horloge à coucou. Il est très vieux, l’horloger m’a dit qu’il venait de la Forêt Noire ,du début du dix-neuvième siècle. Il chante encore bien, il n’y a même pas besoin de lui donner du grain.

M’est revenue en mémoire l’histoire de ce soulard qui rentrait, tôt le matin, avec un «vaillant voyage». Il y avait chez lui un coucou. Il a pensé: Trois heures du matin… je vais le laisser chanter trois coups… puis j’en chanterai encore huit, ma femme va croire qu’il est onze heures.» Tout s’est bien passé.

Sauf que le lendemain matin au petit déjeuner, sa femme lui fait: «Dis-donc, il te faudrait apporter le coucou à réparer. Cette nuit, il a chanté trois fois, il a roté, ensuite deux fois coucou, puis il a commencé à ronfler.»

Après cette rigolade, je dois aussi réparer quelque chose: La semaine passée j’ai parlé de gâteau aux greubons. Je dois vous avouer que je me suis fiché le doigt dans l’œil. Les greubons pour le vrai gâteau ne se font pas avec du beurre, mais bien avec du saindoux. En patois le lard se dit bakon. Le saindoux se dit le lâ. Mais… le là, c’est le loup… vous savez le fameux qui se promène en ville; mais ceci est une autre affaire.

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending