Grôcha pouêre

En patois
En français


Chu lè routè, i pou arouvâ di têrubyè j’èmochyon, di chorèprêchè a fére drèhyi lè pê chu la titha. Ou volan, fô bin ithre a che n’afére, pâ chè dèmorâ a chon portâbyo, ou bin tsandji dè mujika. N’in d’a mimamin dè hou ke vouêton la tèlè… ouê, ouê, in Franthe l’an yètâ kotyè chôfeu dè kamion ke le fajan!
Kan i arouvè on akchidin, i pou dourâ di j’àrè dè tin. Kan on è pâ dirèktamin din la pagaye, fô kan mimo povê pachâ. I pou arouvâ di yâdzo ke fô bayi on kou dè man, chonyi on byochi, tèmonyi.
Ouna galéja fâcha l’è arouvâye a on dè mè j’onhyo, l’i a dè chin poutithre karant’an. Irè trantyilo, ou volan dè che n’oto. I dejê chovin ke la yuva dou chan l’i fajê na pouêre bleuve. To por on kou, than mêtre dèvan li, l’a apêchu on omo in vèlo. On grô tsêpi, na blouje è on lordo cha avô lè rin.
Chu chi pèjan vèlo militêre, l’omo irè pâ cholè; i tragalâvè na vayinta kouète. Le choulon tinyê tota la route. L’è arouvâ chin ke dêvechê arouvâ, a on indrê yô la route montâvè fêrmo, ch’è ètharbalâ «kartchi-molache» dèvan l’oto. L’onhyo, l’i-a kan mimo fayu alâ vouityi po le ramachâ, ma adon, on pechin felè dè chan pichivè par dèjo le byochi. L’omo terivè nè pi nè tsanbè mé. Tyé fére? Dou chan! Chu chin le «mouâ» l’a keminhyi a rèmouâ. Ch’è veri. L’a apêchu la goye: «È bin râva! L’è brji mon litre dè rodzo!» Anne Marie Yerly


Grande peur
Sur les routes, il peut arriver de terribles émotions, des surprises à faire dresser les cheveux sur la tête. Au volant, il faut bien être à son affaire, ne pas s’amuser ave son portable, ou changer de disque. Il y en a même qui regardent la télé, oui… oui, en France on a arrêté quelques chauffeurs de camion qui le faisaient!
Quand arrive un accident, ça peut durer des heures. Si l’on est pas directement dans la pagaille, il faut pouvoir passer. Il peut arriver parfois que l’on doive donner un coup de main, soigner un blessé, témoigner.
Une jolie aventure est arrivée à l’un de mes oncles, il y a peut-être quarante ans. Il était tranquille, au volant de sa voiture. Il disait souvent que la vue du sang lui faisait une peur bleue. Tout à coup à cent mètres devant lui il a aperçu un homme à vélo. Un grand chapeau, une blouse, et un sac de touriste au dos.
Sur ce lourd vélo militaire, l’homme n’était pas seul; il trimbalait une vaillante cuite. Le soulard tenait toute la route. Il est arrivé ce qui devait arriver, à un endroit où la route était très pentue, il s’est écrasé «quartier-molasse» devant l’auto. L’oncle, quand même, est descendu de voiture pour aller le relever, mais alors, un gros filet de sang coulait de dessous le blessé. Le bonhomme ne tirait plus ni pieds ni jambes. Que faire? Du sang! Sur ça, le «mort» à commencé a remuer. Il s’est retourné. Il a aperçu la gouille: « Et bien rave! J’ai cassé mon litre de rouge!» Anne Marie Yerly

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending