Le patê rèprin d’la nyèrga

En patois
En français

Kan on châ le patê djuchto po chè fére a èkàre è panyi prà po dre dè pyakâ, l’è le momin dè vuityi pye yin. No j’an la tsanthe din nouthron tyinton ke le patê l’i è bin in trin dè rèvinyi. No chin pâ mé din le tin yô fayi ch’atindre a ouna roulâye che le réjan no j’avê prê a dèvejâ in patê a la «récré». L’é konyu chin, mè. Ora prà dè kour chon bayi din bin di kotsè dou tyinton è prà dè dzouno chè rakroutson a nouthra linvoua. Vo dèvejo dè chin pêrmô ke chtou tin l’é la tsanthe dè rinkontrâ la Tropa dou Dubyà ke bayè a Chorin duvè pithè dè téâtro farmo galéjè: «On onhyo a èretâdzo» è «Inochin». Du vouè, i chàbrè onko chê tenâbyè yô vo pouédè vinyi no trovâ. Lè papê vo j’in deron mé.

Pou-t-ithre ke nouthron patê l’è pâ ache afriyindâ ke chi ke dèvejâvan nouthrè j’anhyan, ma ô mintè on le mantin. È l’è djamè tru tâ po l’aprindre. La chenanna pachâ, chu jou vê on mêdzo a Friboua. Chu tsejê chu le dêri dzoua yô chi mêdzo i konchultâvè. I aproutsè di chaptant’an. Kemin chè parin vinyan dè Broc, no j’an dèvejâ de la Grevîre, dè montanye, dè tsalè, è po fourni i m’a de ke voli chyêdre di kour dè patê. Vo vêdè k’avu le patê la hyinthe chàbrè adi avu no.

Vonvon Kolly

 

 

Le patois reprend de la vigueur

Quand on sait le patois juste pour se faire tabasser et pas assez pour dire d’arrêter, c’est le moment de voir plus loin. Nous avons la chance dans notre canton que le patois est bien en train de revenir. On n’est plus dans le temps où il fallait s’attendre à une punition si le régent nous avait surpris à parler patois à la récré. J’ai connu cela. Maintenant beaucoup de cours sont donnés dans bien des contrées du canton et beaucoup de jeunes se raccrochent à notre langage. Je vous parle de cela parce que ces temps, j’ai la chance de rencontrer la Troupe du Gibloux qui donne à Sorens deux pièces de théâtre bien jolies: «Un oncle à héritage» et «Innocent». Depuis aujourd’hui, il reste encore six séances où vous pouvez venir nous trouver. Les journaux vous en diront plus.

Peut-être que notre patois n’est plus aussi séduisant que celui que parlaient nos ancêtres, mais au moins on le maintient. Ce n’est jamais trop tard pour l’apprendre. La semaine passée, je suis allé chez un médecin, à Fribourg. Je suis tombé sur le dernier jour où ce médecin consultait. Il approche les septante ans. Comme ses parents viennent de Broc, nous avons parlé de la Gruyère, des montagnes, des chalets et pour terminer il m’a dit qu’il voulait suive des cours de patois. Vous voyez qu’avec le patois, la science reste encore avec nous.

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses