Rénover futé: profiter de la carotte avant le coup de bâton

| sam, 25. mar. 2017

Depuis le 1er janvier, le canton a renforcé son Programme d’encouragement en matière d’énergie, notamment pour la rénovation des bâtiments. Mercredi a eu lieu la première présentation publique de Rénover futé, des conférences destinées aux propriétaires. Tour d’horizon des mesures potentielles et des subventions incitatives.

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

Mercredi, ils étaient une grosse centaine de personnes à assister à la première présentation du Programme d’encouragement cantonal en matière d’énergie, à la Safe Gallery de la BCF, à Fribourg. Au total, plus de 2500 propriétaires fribourgeois se sont déjà inscrits à ces soirées d’information, au moment où les cantons ont augmenté fortement leurs subventions pour la rénovation qualitative des bâtiments, visant à améliorer leur isolation et à favoriser le passage aux énergies renouvelables. Présentation en huit points.


● choisir une stratégie
Si votre bâtiment a été construit avant 2000, vous pouvez toucher des subventions (hormis dans le cas d’agrandissement). Il convient d’abord d’évaluer le bâtiment et sa valeur sur le marché. Puis de choisir une stratégie de rénovation: démolition et reconstruction, rénovation partielle ou complète, simple entretien. On peut calculer son indice de dépense d’énergie, en divisant sa con-sommation de mazout par la surface chauffée. Pour des bâtiments des années 1970, cet indice approche souvent les 20 l par an et par mètre carré. Un nombre que l’on peut aisément diviser par quatre après une intelligente rénovation.


● établir un CECB
Pour accompagner les propriétaires dans leurs démar-ches, les cantons ont mis sur pied le Certificat énergétique cantonal des bâtiments (CECB). Après visite sur place, un expert évalue la performance énergétique globale et l’enveloppe du bâtiment, qui obtient une étiquette (de A à G, comme pour l’électroménager).


● Améliorer l’enveloppe
Première mesure: améliorer l’enveloppe, selon la devise «la sobriété prévaut sur l’efficacité», ont expliqué, mercredi soir, les experts Christophe Crettenand et Pierre-André Seppey. En un mot: mieux vaut privilégier une bonne isolation à un système de chauffage destiné à compenser d’importantes déperditions thermiques. Pour postuler à certaines subventions, les cantons demandent obligatoirement un CECB +, qui allie l’outil de diagnostic à un catalogue de mesures possibles. Par exemple, des fenê-tres performantes permettent une amélioration énergétique d’un facteur 3. Une isolation idéale des façades permet d’atteindre un facteur 5. Parmi ces mesures, il convient de sépa-rer les locaux chauffés et non chauffés. Et, surtout, se méfier des modifications physiques du bâtiment, principalement de l’effet de condensation, avec la pose adéquate d’un pare-vapeur.


● produire renouvelable
Une fois que l’enveloppe a été rénovée, il faut penser à produire des énergies renouvelables. Remplacer les chauffages à mazout, au gaz naturel ou électriques par des pompes à chaleur (géothermiques ou air/eau), des chauffages au bois, des capteurs solaires ou un raccordement à un réseau de chauffage à distance.


● Rénover par mesures ponctuelles
Deux manières de procéder peuvent permettre d’obtenir des aides financières. D’abord, rénover par mesures ponctuelles. L’isolation du toit et des façades donne droit à une subvention de 60 francs par mètre carré de surface isolée (sans les fenêtres). Soit environ 9000 francs pour une villa standard construite dans les années 1970.
L’installation subventionnée d’une pompe à chaleur (environ 5000 francs pour une version air/eau et 8000 francs pour la géothermie), d’une production d’eau chaude sanitaire (bonus de 1000 francs) et d’un premier réseau de distribution (bonus d’environ 2000 francs) permet de la faire rivaliser avec un système identique au mazout.
Toujours pour la même villa standard, un chauffage au bois recevra une aide entre 3500 et 5000 francs, un raccordement à un réseau à distance environ 5000 francs et l’installation de panneaux solaires thermiques environ 2500 francs.


● améliorer les classes CECB
La seconde façon de faire est d’améliorer les classes CECB. Dans ce cas, on tient compte de l’efficacité de l’enveloppe et de l’efficacité énergétique globale du bâtiment. Pour de l’habitat individuel, la subvention peut aller de 75 francs par mètre carré de surface de ré-férence énergétique (pour l’amélioration de 2 classes) à 180 francs/m2 (pour 6 classes). Une villa standard qui passerait de la classe E à la classe B obtiendrait ainsi une aide de 20000 francs.


● Rénovation minergie
Une troisième voie est également possible: l’obtention d’un label Minergie (environ 30000 francs pour notre villa témoin) ou Minergie-P (environ 40000 francs). Quelle que soit la voie envisagée, la demande de subvention doit impérativement être déposée avant le début des travaux. A noter que d’autres programmes existent, notamment pour le photovoltaïque (www.swissgrid.ch) ou le remplacement de chauffe-eau électrique (Prokilowatt).


● Déductions fiscales
Enfin, un dernier levier continue d’exister pour les rénovations destinées à économiser de l’énergie et à ménager l’environnement: les déductions fiscales. Pour une villa de 200 m2 où vit une famille avec deux enfants (revenu imposable de 100 000 francs), la pose d’une pompe à chaleur air/
eau, avec production d’eau chaude sanitaire, permettrait une déduction fiscale d’envi-ron 7000 francs. Si l’on ajoute la subvention cantonale, «son coût équivaut à une nouvelle solution au mazout, mais en divisant la consommation d’énergie par trois», a expliqué Etienne Courtois, conseiller scientifique auprès du Service de l’énergie.
En un mot comme en cent, à ces conditions-là, il faudrait être bête pour ne pas profiter de ces subventions, avant que ces mises aux normes ne deviennent contraignantes… ■

www.renover-fute.ch
www.fr.ch/sde

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Découverte d’un gigantesque cratère de météorite

Un gigantesque cratère formé par une météorite au Groenland, c’est l’importante découverte d’une équipe internationale de chercheurs, à laquelle l’Université de Fribourg a participé. L’impact a creusé une cavité de 31 kilomètres de diamètre cachée sous un kilomètre de glace. Les scientifiques ont travaillé pendant trois ans pour confirmer leur hypothèse, selon un communiqué ...