Un parking souterrain, idée encore à creuser

| sam, 25. mar. 2017

A Rue, le projet de parking souterrain dans le bourg est freiné en raison de difficultés géologiques. Une première analyse par carottage, sous la place de la Chapellenie, s’est révélée insatisfaisante. Place donc au plan B, sous le Champs-de-Foire, où une nouvelle analyse devra être menée.

PAR FRANCOIS PHARISA

«Vous êtes habitant du bourg, vous payez des impôts à Rue et, à l’heure où vous rentrez chez vous, en raison d’un loto ou de toute autre manifestation, vous ne trouvez pas la moindre place de parc libre. C’est rageant et cela se comprend.» Joseph Aeby, syndic, en a bien conscience: le manque de places de parc dans le bourg historique suscite le mécontentement des habitants.
La solution? La réalisation d’un parking souterrain d’une cinquantaine de places, soit sous la place de la Chapellenie, soit sous la place de la Foire. «Les deux seules solutions envisageables, avertit Joseph Aeby. Celles qui auraient le moins d’impact sur le site historique et qui répondraient aux attentes de la Loi sur l’aménagement du territoire.» Seulement voilà, la première analyse géologique, menée récemment par carottage sous la place de la Chapellenie, s’est révélée insatisfaisante. Le sous-sol n’y est pas assez solide. «L’entrée du parking se trouverait en effet dans des couches de remblais, explique l’élu. Nous pourrions creuser, mais la situation technique serait extrêmement délicate, nous obligeant à bétonner au fur et à mesure de l’avancement, sur les 30 ou 40 premiers mètres.»
Une technique qui ne manquerait pas de faire gonfler la facture finale. D’après les estimations effectuées, celle-ci atteindrait 2 millions de francs. C’est trop. «A la fois pour les finances publiques et pour les utilisateurs», poursuit le syndic. Car ces derniers seront appelés à assumer une partie des coûts, via une taxe, une vignette de stationnement ou des horodateurs. «Le jour où un parking souterrain existe, plus aucune place dans le bourg ne sera gratuite.» Alors, pour garantir un prix de parcage raisonnable, les coûts de construction du parking doivent être maîtrisés. La commune souhaiterait ne pas dépasser 1,5 million de francs.


50 places supplémentaires
Or, un parking souterrain est indispensable. Une étude de besoins réalisée par la commune a mis en évidence qu’environ 50 nouvelles places de parc sont nécessaires dans le bourg. «Nous couvririons ainsi les besoins des résidents et le va-et-vient des commerçants et des visiteurs. Créer un parking de 200 places, rien que pour deux ou trois occasions spéciales par année, est utopique.»
Aujourd’hui, seuls de rares propriétaires bénéficient d’une place de parc privée. Et pour cause, la surface des bâtiments correspond bien souvent à celle des parcelles. La majorité des habitants doivent donc se débrouiller chaque jour pour se garer sur l’une des places du domaine public. Il y en a approximativement 80: environ 40 au Champ-de-Foire, 20 à la Chapellenie, une dizaine devant l’ancienne laiterie et le même nombre le long de la route cantonale. «Si nous faisions un pointage pendant la nuit, nous compterions environ 90 véhicules garés dans le bourg, places privées et publiques comprises.» La situation est ainsi devenue limite. Elle s’est dégradée ces dernières années, à mesure que les bâtiments ont été rénovés et transformés, les propriétaires ayant créé de nouveaux logements dans des bâtiments qui étaient vides ou partiellement vides auparavant.


Sous la place de la Foire
Reste donc la seconde option, sous la place de la Foire. Mais l’analyse géologique ne sera pas lancée avant 2018. «Nous n’avons pas inscrit au budget 2017 de rallonge au crédit d’étude de 60 000 francs voté par le Conseil général. Et nous avons déjà utilisé 56 000 francs.» Les habitants sont donc priés de prendre leur mal en patience. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.