L’Indyin mètèô

En patois
En français

Tyin pyiéji dè rèvêre hou ke chon modâ po le Kanada, lè j’èmigrâ, kemin y dyon. Ora i puon prindre l’avion è rètrovâ la famiye, lè j’êmi. L’è on bouneu por ti. 

L’è pâ rin dè chè fére a on indrê novi, din chi grô payi ke l’è le Kanada. Di pyannè a pêrda dè yuva. Di dzà ache grôchè tyè nouthron tyinton. Dè totè chouârtè dè bithè, di j’oua, di j’èlan, di là, mimamin le «karkajou». Pu fô chè fére a di j’ôtrè pèrchenè, di j’ôtrè linvouè, di j’ôtrè kothemè. L’i a adi prà dè j’Indyin.  Ma na! L’an rin-mé dè pyàmè chu la titha,toparê! L’an jou prou mô kan lè j’amèrikin l’è j’an fetchi din di rèjêrvè. Frèdon, ke vin dè rèmodâ po léva-lé, no j’a kontâ l’avantura dè l’Indyin:

Lè j’Indyin chè krêyon ke la Chuiche ke l’è on payi frê, a kouja ke fan dou ski to l’an. On dzoua ke l’èmigrâ fajê dou bou, on Indyin l’è pachâ. L’omo l’i a adon dèmandâ: «Puchke vo j’ithè dou payi, ditè-mè vê che l’evê cherè frê, chti an?» L’Indyin l’i fâ: «Poutithre bin!» Adon le Chuiche inkotsè mé dè bou. Kotyè dzoua apri, le mimo pâchè, l’i rèdèmandè parê. L’Indyin rèbrekè: «Oh ouê, fêrmo frê.» Le tin l’a pachâ. On bi dzoua l’Indyin irè rè-inke, le Chuiche, réchivè adi mé. Adon, ke fâ l’èmigrâ, l’evê cherè-the dinche frê? «Afreu frê!» ke l’i rèpon l’ôtro. Ma, adon, kemin fédè-vo po chavê chin? L’Indyin l’i di: «I farè têrubyamin frê, le Chuiche inkotsè adi dou bou!»

Anne Marie Yerly

 

 

L’indien mètèo

Quel plaisir de revoir ceux qui sont partis pour le Canada, les émigrés comme on dit. Maintenant ils peuvent prendre l’avion et retrouver la famille, les amis. C’est un bonheur pour tous.

Ce n’est pas rien que de s’habituer à un endroit nouveau, dans ce grand pays du Canada. Des plaines à perte de vue, des forêts aussi grandes que notre canton. Toutes sortes d’animaux, des ours, des élans, des loups, même le fameux carcajou. Et puis il faut s’habituer à d’autres personnes, d’autres langues, d’autres coutumes. Il y a encore beaucoup d’Indiens. Mais non… Ils n’ont plus de plumes sur la tête, voyons. Ils eurent bien du mal quand les américains les ont flanqué dans des réserves.

Frèdon, qui vient de retourner là-bas nous a raconté l’aventure de l’Indien:

Les Indiens pensent que la Suisse est un pays froid, car on y skie toute l’année. Un jour que l’émigré préparait du bois, un Indien est passé. L’homme lui a alors demandé: «Puisque vous êtes du pays, dites-moi donc si l’hiver sera rigoureux cette année?» L’Indien lui fait: «Peut être bien…!» Alors le Suisse prépare encore plus de bois. Quelques jours après, le même passe par là, il lui redemande la même chose. L’Indien réplique: «Oh oui très froid!» Le temps a passé. Un beau jour l’Indien était de nouveau là, le Suisse sciait toujours. Alors, que fait l’émigré, l’hiver sera donc si froid? «Très très très froid» que lui répond l’autre. Mais, comment faites-vous pour savoir ça? Alors l’Indien lui dit: Il fera terriblement froid, parce que le Suisse… il fait encore du bois!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Action de luttte contre les nuisances sonores

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans la nuit de vendredi à samedi, la police cantonale a effectué une action de lutte contre les comportements générant de l’insécurité routière. Des contrôles ont été faits dans les alentours de Bulle et de Fribourg. Cette action a été mise sur pied à la suite de nombreuses doléances, notamment en raison des nuisances sonores dues à des modifications techniques non conforme...