Le furi dou Patê

En patois
En français

La bije va-the pâ diora léchi arouvâ le furi? No j’ôtrè lè fèmalè, no chin kemin lè dzeniyè: pachâ le mi dè mâ, fô alâ butsiyi, fô alâ gratâ. È bin na, po le momin fô chobrâ ou tsô. Le barô no di rin dè bon è la mètèô chè tronpè adi, kan-bin l’an on mache dè novalè machinè po gugâ lè nyolè farmo yin. Ma mére-gran dejê: «Le Bon Dyu l’a fê le tin… pu l’a léchi kore!»

I moujo a hou ke dêvon chobrâ dedin, y dzin ke chon din lè méjon dè rèpou, y galéjè dzin ke m’invouyon di mèchâdzo d’inkoradzèmin. Lè bounè lètrè k’arouvon du tin j’in tin mè fan on ride grô piyéji. Vo rèmârhyo dè to kà.

On è kan mimo èthenâ dè vêre tan dè mondo ch’intêrèchi  ou patê. Din mon velâdzo,l’an keminhyi a dzuyi di pithè dè téâtro in patê din lè j’an mile nou-thin trinta. A chi momin, ache bin a La Rotse, a Erbivuè,a Châlè, y montâvan «on bi drame» ou bin ouna komèdia. Vê l’an thinkanta, vêre no, lè viyo l’an de: «Profitâdè adi dè dzuyi, vo j’ithè lè dêri, le patê l’è fotu, lè dzouno n’in vudron rin mé!»

È bin, hou j’anhyan iran di krouyo profête. Ou dzoua d’ora l’è le furi dou patê! Vouéro dè balè pithè, du l’i a ouna djijanna dè j’an? On a dou mô dè lè kontâ. Fô vêre le piyéji ke prokuron.  È lè dzouno chon ou premi ran, po dzuyi è po vinyi akutâ. L’è pâ rin chin, ditè-vê!

Anne Marie Yerly

 

 

Le printemps du Patois                     

La bise ne va-t-elle pas bientôt laisser arriver le printemps? Nous autres les dames, sommes comme les poules: passé le mois de mars, il faut aller ramasser les branches sèches et gratter la terre. Et bien non, pour le moment il faut rester au chaud. Le baromètre ne nous dit rien de bon et la météo se trompe encore, quand bien même ils ont une quantité de nouvelles machines pour guetter les nuages jusque fort loin. Ma grand-mère disait: «Le bon Dieu a fait le temps, puis il l’a laissé filer!»

Je pense à ceux qui doivent rester chez eux, aux gens qui sont dans les foyers, aux gentilles personnes qui m’envoient des messages d’encouragements. Les bonnes lettres qui arrivent de temps en temps me font un très grand plaisir. Je vous remercie de tout cœur.

On est quand même étonné de voir autant de monde s’intéresser au patois. Dans mon village, on a commencé à jouer des pièces patoises dans les années 1930. Alors aussi, à La Roche, à Albeuve, à Sâles, l’on montait un «beau drame» ou une comédie. Vers 1950, chez nous, les vieux nous ont dit: «Profitez encore de jouer, vous êtes les derniers, le patois est fichu, les jeunes n’en voudront plus!»

Et bien, ces ancêtres-là étaient de mauvais prophètes. Aujourd’hui c’est le printemps du patois! Combien de belles pièces, depuis une dizaine d’années? On a du mal de toutes les compter. Il faut voir le plaisir qu’elles procurent. Et les jeunes y sont au premier rang, pour jouer et pour y assister. Ce n’est pas rien ça, dites-moi!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses