Tyin mèhyo delé dou Jura

En patois
En français

Kan on vouêtè lè novalè dou «karon vijenê»; din le payi delé dou Jura, on chè dèmandè che fô ch’inbourdyi dè rire ou bin lègremâ. A propou di kandida a la prèjidanthe dè la Rèpublika, n’in d’arè por èkrire on lêvro, on galé lêvro dè gougenètè.

Di journalichte l’an dèmandâ a prà dè dzin, chu lè tsemin, dèvan lè méjon, in vela, po nekoué i alâvan vôtâ. N’in d’a bal-è-bin ke l’an rèpondu: «M’in foto pâ mô, l’i vé pâ!» Pâ tan èthenin kan on vê kemin l’è konplikâ a rèyi. Fan ti di balè promèchè, ma, fudrè vêre ke chè pâchèrè in apri.

Po keminhyi, l’i a ti hou non ke fournechon in ON. Kemin fére konfiyanthe a chi ke fyê di Fyon outoua dè li? Chi ke l’è in Hamon, vouêtè lè dzin du hô! Makron, Mèlanchon: réchon! Pu l’i a la Dama Byonda, la fiye a chi ke vouêtè chon payi rintyè d’on -yé (le drê). Ha inke, on pou pâ bin dre chu tyin pi i danthè. Kotyè j’ôtro, pye modèchte, poutithre pye malin… alâdè chavê.To dzoua è-the ke l’i a on ride pètchi léva-lé.

Kanbin di yâdzo on chè pyin dè nouthrè j’otoritâ, no dêvethrin ithre bin kontin dè nouthron chouâ, no j’ôtro lè piti chuiche, kemin y dyon, léva-lé.

Anne Marie Yerly

 

Quelle embrouille au delà du Jura

Lorsque l’on regarde les nouvelles à la TV; dans le pays qui est au-delà du Jura, on se demande s’il faut se tordre de rire ou fondre en larmes. A propos des candidats à la présidence de la république, il y aurait de quoi écrire un livre, un joli livre humoristique.

Des journalistes ont demandé à plusieurs personnes, sur les chemins, devant les maisons, en ville, pour qui allaient-ils voter. Pas mal ont répondu: «Je m’en fiche pas mal, je n’y vais pas!» Pas étonnant quand on voit comme c’est compliqué de choisir. Ils font tous de belles promesses, mais il faudra voir ce qui se passera ensuite.

Pour commencer, il y a tous ces noms qui finissent par ON. Comment faire confiance à celui qui lance des Fions autour de lui? Celui qui est en «Hamon» regarde les gens de haut. Macron, Mélanchon: sciure! Et puis, il y a la Dame blonde, la fille de celui qui n’a qu’un œil, pour regarder son pays (le droit). Elle, on ne peut pas bien dire sur quel pied elle danse. Quelques autres, plus modestes, peut être plus malins… allez savoir. Toujours est-il qu’il y a une fameuse embrouille là-bas!

Quand même parfois, nous nous plaignons de nos autorités, nous devrions être bien contents de notre sort, nous les petits Suisses… comme ils disent, là-bas.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses