Une femme pour chanter le «Ranz des vaches» ?

| sam, 01. avr. 2017

La Société des armaillis de la Fête des vignerons est appelée à modifier ses statuts, en vue d’intégrer la gent féminine. En effet, l’UNESCO demande qu’une femme chante le Ranz des vaches, à Vevey, en 2019... Mais est-ce bien vrai??? Non, pas pour encore du moins, ceci est un gros poisson d'avril!

Que vous inspire la volonté que le "Ranz des vaches" soit chanté par une femme lors de la prochaine Fête des vignerons ?

PAR CHRISTOPHE DUTOIT

La récente inscription de la Fête des vignerons sur la liste du Patrimoine immatériel de l’humanité a des incidences inattendues sur l’édition 2019. Dans une lettre adressée il y a deux semaines à la Confrérie des vignerons, l’UNESCO demande expressément qu’une «femme soit choisie pour chanter le Ranz des vaches, dans le but de promouvoir l’égalité des sexes et de faire de cette manifestation un exemple sur le plan international».
Dans un premier temps, cette missive officielle a étonné l’abbé-président François Margot. «Nous ne nous attendions pas du tout à ce que l’UNESCO s’immisce dans nos affaires, ce n’est pas dans son habitude, explique le Vaudois. Mais, une fois la surprise passée, j’en ai discuté avec le comité d’organisation et nous avons décidé d’étudier favorablement cette question.»
Il faut se souvenir que cette proposition n’est pas complètement nouvelle. «L’idée avait été avancée par l’une de mes assistantes pour la Fête de 1999, se rappelle le metteur en scène François Rochaix. Elle avait eu droit à quelques sourires polis et nous étions passés au point suivant.»


«Davantage associées»
Près de vingt ans plus tard, l’idée a fait son chemin. «Le monde change, aussi bien sur les pâturages de la Dent-de-Lys que sur la place du Marché de Vevey, affirme Daniele Finzi Pasca, le concepteur du prochain spectacle. Aujourd’hui, les femmes ont tout à fait leur place dans l’agriculture moderne, sur les alpages comme dans les grandes exploitations de plaine. Il me paraît tout à fait normal de davantage les associer à cette fête qui rend hommage à tous les travailleurs de la terre, que cela soit ceux qui produisent du vin, du lait ou du fromage.»
A Châtel-Saint-Denis, on se rappelle que, dès sa fondation en 1969, la Société des armaillis de la Veveyse avait accepté les femmes en son sein. Il y a cinq ans, elle a même nommé l’une d’elles à son comité. Mais il ne faut pas confondre la Société des armaillis de la Veveyse et la Société des armaillis de la Fête des vignerons, chargée de former le troupeau et de désigner le chanteur de la Fête. «Nous sommes tout à fait disposés à entrer en matière, affirme-t-on de son côté. Mais il va falloir que nous modifions nos statuts, car les femmes ne sont pour le moment pas admises. Ce serait peut-être une décision symbolique pour célébrer, en 2019, nos 200 ans de présence à la Fête des vignerons.»
«Notre volonté n’est pas de confier ce rôle uniquement à une chanteuse, mais de privilégier une alternance entre un homme et une femme, dévoile Daniele Finzi Pasca. Une voix de contralto peut être aussi émouvante que celle d’un ténor dans les parties les plus techniques. L’important, c’est surtout de le chanter avec du cœur et de la sincérité.»


Le couplet de la servante
Une chose semble en revanche acquise: l’arrangement musical du Ranz des vaches – que d’aucuns considèrent comme le moment phare de la Fête – ne sera pas dénaturé. «Nous avons entendu les quelques réticences provoquées par la version “moderne” de Gonzague Monney en 2015, poursuit François Margot. Je crois que le public est encore marqué par l’interprétation de Bernard Romanens en 1977 et nous avons le devoir de respecter cette tradition.»
Seul bémol, il a d’ores et déjà été décidé de ne pas chanter le passage «Invouyi no vouthra chèrvinta / No li farin on bon pri grâ / Ma chèrvinta l’è tru galéja / Vo porâ bin la vo vouêrdâ» (Envoyez-nous votre servante / Nous lui ferons un bon fromage / Ma servante est trop jolie / Vous pourriez bien la garder), jugé trop «sexiste» par l’UNESCO.
«De toute manière, nous avions déjà pris le parti de n’interpréter que les cinq premiers des dix-neuf couplets que compte Lyôba, avoue Daniele Finzi Pasca. Et, comme en 1999, le public sera autorisé à se lever lors du refrain, ce qui devrait réjouir en particulier les Fribourgeois.»
Contacté hier après-midi, Patrick Menoud garde pour sa part un très bon souvenir des concerts donnés en compagnie de Carol Rich au début des années 2000. «Je pense qu’il y a beaucoup de femmes capables de chanter le Ranz des vaches, affirme le principal soliste de 1999. Maintenant, à savoir si c’est une bonne chose pour la Fête des vignerons, ça, c’est une autre histoire.»


Melanie Oesch pressentie
Du côté des organisateurs, le nom de Carol Rich est murmuré dans les coulisses, tout comme  celui de Melanie Oesch, la yodleuse d’Oesch’s die Dritten. Hormis un charme indéniable, la jeune trentenaire parle un dialecte bernois proche du patois et elle est également issue d’une famille paysanne. Certains pensent que ce choix permettrait une ouverture vers la Suisse alémanique, appelée de ses vœux par la Confrérie des vignerons. «Il est bien trop tôt pour en discuter», tranche l’abbé-président François Margot. Nous organiserons les auditions au printemps 2018 et nous choisirons les meilleurs chanteurs, fussent-elles des chanteuses.» ■

Commentaires

Pourquoi pas une femme ? Il y a de très bonnes chanteuses et paysannes à la fois. Je voterais pour Mélanie Oesch car elle posséde une voix extraordinaire une présence scénique superbe et elle est jeune et jolie et ferait une très bonne soliste.
Bravo pour ce beau poisson ! Je m'y suis laissé prendre... un moment !
Bravissimo per questo primo aprile
Magnifique 1er avril! Bravo

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au volant d'une voiture volée, il s'enfuit par les rails

A Bulle, mercredi après-midi, le conducteur d'un véhicule volé a pris la fuite au moment où la police a voulu l'intercepter. Au volant, il n'a pas hésité à emprunter les voies de chemin de fer sur plusieurs centaines de mètres. Il a finalement été interpellé quelques instants plus tard.