Bi mi dè mé

En patois
En français

«Bi mi dè mé, mê di j’infan. Te rèdzoyè le kà di j’anhyan…» Bin ouê, nouthron kà chè rèdzoyi delon pachâ! Môgrâ le tin puri, la pyodze è le frê, lè pititè mayintsètè l’an tsantâ a pyêna vouê to le chanvré-dzoua.

Vofudrè mè krêre, kan bin i chinbyè inkroyâbyo: Vêr-no, no j’in d’an rèchu thinkantè-vouète, è bin, karantè-thin d’intrè là l’an tsantâ in patê, trèdzè in franché. L’an ti fêrmo bin tsantâ. L’è pâ rin chin, tyédè? I fô rèmarhyâ è fèlichitâ lè mêtre di j’èkoulè, ke l’an prê la pêna dè l’ou j’aprindre, adrê. L’avan inkotyi di partichyon avu la tradukchyon dèkouthè, dinche, lè j’infan l’an konprê chin ke tsantâvan. Trè kobyè, chin fôta. L’avan inkotyi trè tsan patê. A vo trére lè lègremè di j’yè!

Din prà dè velâdzo, dzouno è fiyè, in bredzon è dzakiyon. Krêdè-vo ke l’i a karant’an, on arè pu vêre chin? Pâ chure! Le mi dè mé l’a bin keminhyi.

Anne Marie Yerly

 

Beau mois de mai

«Beau mois de mai, mois des enfants. Tu réjouis le cœur des anciens…» Et bien oui, nos cœurs se sont réjouis lundi dernier! Malgré le temps pourri, la pluie et le froid, les petits chanteurs de mai ont chanté à pleine voix toute la sainte journée.

Vous devrez me croire, quand-même cela semble incroyable: Chez nous, nous en avons reçu cinquante-huit, et bien, quarante cinq d’entre eux on chanté en patois, treize en français. Mais ils ont tous fort bien chanté. Ce n’est pas rien. N’est ce pas? Il faut remercier et féliciter les maîtres d’école qui ont pris la peine de leur apprendre, bien juste. Ils avaient préparé des partitions avec la traduction, ainsi les enfants ont compris ce qu’ils chantaient. Trois couplets, sans faute. Et ils avaient préparé trois chants patois. A vous tirer les larmes des yeux!

Dans plusieurs villages, jeunes gens et jeunes filles, en bredzons et dzaquillons. Croyez-vous qu’il y a quarante ans, on aurait vu ça? Pas sûr! Le mois de mai a bien commencé.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending