Demindze pyovyàja

En patois
En français

Demindze chate dè mé. La vêprâ l’è rinfroyna. Le tin l’è nyolatà è frê. Tyè fére? Potèyi dèvan la «tèlè» ou bin chumiyi kemin di viyo tukan?

Puchke l’i a di j’èlèkchyon delé dou Jura, alin vuityi chin ke l’i chè pâchè. Adon no virin le boton!. Chu gayâ totè lè tsênè dè Franthe, dou j’achpiran prèjidin fan tsemin è manêrè por atrapâ adi kotyè vouê. L’è a chi ke pou le mi dèkrelandâ chon rival. I chàton d’on indrê a l’ôtro, a chô dè pouê. L’è a chi ke fâ le pye bi pridzo, lè pye balè promèchè è lè pye balè dzanyè! L’omo l’è gravatâ, la dama l’a na blouje rodze (rodze?). Ti dou, i trênon a lou bachkè on mache dè dzin ke bràmon. Di drapô, di botyè, di tsan. Ma, po cht’i kou, pâ trache d’atanta. Adi chin!

No virin le boton chu le Konba di Rênè, a Aproz, inke l’è mèyà. Portan i pyà, le tin l’è pyin, ma lè vejâdzo chon pèjubyo, lè dzin rijon, tsanton, inkoradzon lè bithè! Dèvan dè montâ po lè j’intsôtenâdzo, hou vastè van no mothrâ ke par l’é hô, n’in fô ouna po kemandâ. Fô vêre kemin i fan chin avu chapyinthe. Cheron lè prèjidintè dè lou tropi. A prà min dè fré è avu tyin bouneu!

Anne Marie Yerly

 

Dimanche pluvieux

Dimanche sept mai, l’après midi est maussade. Le temps est nuageux et froid. Que faire? Bouder devant la télé ou sommeiller comme de vieux radoteurs?

Puisque il y a des élections au-delà du Jura, allons voir ce qu’il s’y passe. Alors nous tournons le bouton. Sur presque toutes les chaînes de France, deux aspirants présidents font mille manières pour attraper encore quelques voix. C’est à celui qui peut le mieux démolir son rival. Ils sautent d’un endroit à l’autre, à grands pas. C’est à celui qui fait le plus beau sermon, les plus belles promesses et les plus beaux mensonges. L’homme est cravaté, la dame porte une blouse rouge (rouge?). Tous deux trainent à leurs basques une foule de personnes qui braillent. Des drapeaux, des fleurs, des chansons. Mais, pour cette fois, pas trace d’attentat. Encore heureux!

Nous tournons le bouton sur le Combat des Reines, à Aproz. Là c’est meilleur. Pourtant il pleut, mais les visages sont paisibles, les gens rient, chantent, encouragent les bêtes. Avant de monter vers les pâturages, ces vaches vont nous montrer que là-haut, il en faut une pour commander. Il faut voir comme elles font ça avec sagesse. Elles deviendront les présidentes de leur troupeau. A bien moins de frais et avec quel bonheur.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses