Fribourg SA...

Ecalex suscite cette nouvelle réaction.

Hier la buanderie, aujourd’hui l’ECAB, demain l’hôpital, le SITEL, le Service des ponts et chaussées, les prisons et pourquoi pas le Conseil d’Etat. Transformons tout simplement le canton en une gigantesque SA et faisons plaisir au conseiller d’Etat socialiste aujourd’hui pensionné et sans doute un jour pensionnaire, dans un futur qu’on lui souhaite le plus lointain possible, de «Home SA ou Altersheim AG». Brader des institutions et dire qu’elles seront plus per­formantes si elles sont privatisées en promettant monts et
merveilles aux assurés et aux personnels c’est faire affront à ces hommes et ces femmes engagés et impliqués dont les compétences sont appréciées et reconnues par l’ensemble de la population. Pourquoi n’avoir pas proposé plus tôt une couverture plus grande de l’assurance des bâtiments? Comme par magie, l’ECAB va trouver les fonds nécessaires pour augmenter les salaires, les rémunérations du conseil d’adminis­tration et proposer une couverture plus grande (cuisines, déblaiements, etc.) au détriment des assurances privées sans augmenter les primes. J’attends avec impatience de voir ce merveilleux tour de passe-passe. Libéraliser, OK, mais libéralisons jusqu’au bout en laissant la liberté de contracter et de faire ramoner par qui l’on veut. Ce n’est pas parce que les députés assis du côté de la cathédrale dans la salle du Grand Conseil ont dit ja et oui que la population dira amen le 21 mai. N’ouvrons pas la boîte de Pandore et, solidaire avec la FEDE, protégeons ce système mutualiste qui a fait ses preuves en votant non le 21 mai. Hervé Bourrier, conseiller général PS, ville de Fribourg

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses