Le piti ryô

En patois
En français

Piti ryô bleu kemin la yê d’ajura, fâ adi on tro dè tsemin avu no. Du inke, te pori léchi ton ivouè chépra fére la bachkulâye din ouna pye grôcha rivyére. Du adon pye yô, te cheri min dà. T’ari pâ-mé liji dè tyèrkèyi din lè j’êrbè yô te mênè te-n’ondena domadjàja è tsèrmyàja. T’ari rin mé hou j’alêgro patherâdzo vèrdèyin, nè hou ruvè botyatâyè, yô, in achoroyin la mèlodiya dè te-n’ivouèta, lè pelèvouè è lè j’â virvouton a l’intoua di botyè. Fournête ha tyêja pyachida kan te kàlè gayâ invijibyo ou mitin di roujè dè lé è di matsouron. Fournêtè lè krakâyè di palètè byantsè ornâyè dè mocha, dè la grôcha ràvoua dou viyo moulin.

Piti ryô, t’i redyè kan l’oji tsantè din lè j’alonyè ou bin toupo che le chèlà va muchi ou cha. D’apri l’àra, kolà dou matin ou bin kolà dou dèvêlené, tsèrmyà t’inchichtè, adon ke te muchè dêrê le vè di gran pubyo; te vâ mothrâ on dêri kou tè pititè tyintè.

Adju piti ryô, tin-tè bin dzoyà, àbyè pâ dè rèdzoyi lè dzin to doulon dou tsemin ke tè mènèrè tantyè ou Pya-Payi yô te fari le gran nyô avu la grôcha Goye.

Bèrnâ Chaney

 

Le petit ruisseau

Petit ruisseau bleu comme le ciel d’azur, fais encore un petit bout de chemin avec nous. De là, tu pourras laisser ton eau pure débouler dans une plus grande rivière. Alors, plus fort, tu seras moins doux. Tu n’auras plus le temps de baguenauder dans les herbes où tu mène ton onde funeste et charmeuse. Tu n’auras plus ces gais pâturages verdoyants, ni ces rives fleuries, où, en écoutant la mélodie de ta petite eau, les papillons et les abeilles virevoltent à l’entour des fleurs. Finie cette paix placide, quand tu coules presque invisible au milieu des roses de lac et des roseaux. Finies les cliquetis des pâles blanches ornées de mousse de la grande roue du vieux moulin.

Petit ruisseau, tu es guilleret quand l’oiseau chante dans les noisetiers, ou triste si le soleil va se coucher dans un nuage. Suivant l’heure, couleurs du matin ou couleurs du soir, charmeur tu insistes, alors que tu vas disparaître derrière la verdure du grand peuplier; tu montreras une dernière fois tes petits caprices.

Adieu petit ruisseau. Tiens-toi bien joyeux. N’oublie pas de réjouir les gens le long du chemin qui t’amènera vers le Plat-Pays où tu feras le grand mariage avec la Mer.

Bernard Chaney

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending