Apri le goutâ a la fêrma

En patois
En français

Vo j’ithè achurâ kemin mè, vo j’i jou prà dè pyéji dè vêre ha bala émihyon d’la «télé» ke chè pachâye au Canada, vê di dzin dè nouthron payi ke fan lou ya bin yin dè vêr no è ke chon di j’èmigrâ. Cha chenannè a chyêdre, no j’an jou l’èpâhyo dè vêre kemin hou dzin l’an prê rachena din chi to gran payi, dè l’ôtra pâ d’la goye. No j’an pu vêre ke chon tré ti bin inchtâlâ, ke l’an chu modâ ou bon momin, ma, l’ou j’a fayu bin chur prà dè korâdzo po tchithâ la Chuiche, è ke l’è pâ jou todoulon fachilo.

Prâ dè Gruvèrin l’ an rèkonyu Eric Dupatchi dè Vuadin è Anne Pharisa-Dzatyè d’Èthavanin. Lou famiye, chobrâye ou payi, l’an prou chur èchuyi kotyè lègremè dè lè vêre din le karon vijenê, po chi konkour dè goutâ a la fêrma. Chè chon bougramin bin dèbrouyi, puchke l’è Anne ke l’a gânyi a l’adihyon di poin. No j’an achebin mothrâ ke n’oubyon pâ nouthron payi, chè kothemè è chè balè tsanthon. Kan Eric tsantè lè j’armayi di Kolombètè, chin dê li fére a rèvinyi bin di chovinyi dè cha Grevire è achurâ li fére la pi d’ouye. È Anne no j’a rèdzoyi avu chon bi fôri, chè pâ dè danthe «country» è cha pachyon po chon bi mihyi dè payijanna. Din chè chovinyi, no j’a mothrâ ouna foto d’la galéja tsapala dè l’Èvi, yô cha famiye ch’arèthâvè kan poyivan pê lé d’amon.

Prâ dè dzin dè vêr no dêvon chè chovigni di voyâdzo ou Canada, betâ chu pi pê «La Grevire», l’i a ouna trintanna d’an, è yô l’an jou l’èpâhyo d’alâ rètrovâ d’la parintâ. Avu ha bala èmihyon, ke l’è jou propojâye a la «télé» pê Alain Morisod, bin konyu ou Québec, chin l’è ôtyè ke l’a fê tsô ou kà a bin dou mondo.

Vonvon Kolly

 

 

Après le dîner à la ferme

Vous êtes sûrement comme moi, vous avez eu beaucoup de plaisir de voir cette belle émission de la télé qui s’est passée au Canada, chez des gens de notre pays qui font leur vie loin de chez nous, et qui sont des émigrés. Sept semaines à suivre, on a eu l’occasion de voir comment ces gens ont pris racine dans ce grand pays, de l’autre côté de la gouille. On a pu voir qu’ils sont bien installés, qu’ils ont su partir au bon moment, mais il leur a fallu bien sûr beaucoup de courage pour quitter la Suisse, et que cela n’a pas toujours été facile.

Beaucoup de Gruériens ont reconnu Eric Dupasquier de Vuadens et Anne Pharisa-Jaquet d’Estavannens. Leurs familles restées au pays ont sûrement essuyé quelques larmes de les voir à la télévision, pour ce concours du dîner à la ferme. Ils se sont bougrement bien débrouillés, puisque c’est Anne qui a gagné à l’addition des points. Ils nous ont aussi montré qu’ils n’oublient pas notre pays, ses coutumes et ses belles chansons. Quand Eric chante les Armaillis des Colombettes, cela doit lui faire à revenir bien des souvenirs de sa Gruyère et assurément lui faire la chair de poule. Et Anne nous a réjouis avec son beau sourire, ses pas de danse country et sa passion pour son beau métier de paysanne. Dans ses souvenirs, elle nous montré une photo de la jolie chapelle de l’Evi, où sa famille s’arrêtait quand elle alpait par là-haut.

Beaucoup de gens de chez nous doivent se souvenir des voyages au Canada, mis sur pied par «La Gruyère», il y a une trentaine d’années et où ils ont eu l’occasion d’aller retrouver de la parenté. Avec cette belle émission, qui a été proposée à la télévision par Alain Morisod, bien connu au Québec, cela c’est quelque chose qui a fait chaud au cœur à bien du monde.

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.