Chovinyi dè fitha

En patois
En français

 

No vinyin dè vivre la Fithâ Dyu. L’é rètrovâ chu lè taréchè, di foto ke dâton du lè j’an trinta, din mon velâdzo. Irè bin chure parê din totè lè j’ôtrè parotsè.

L’an prê la foto ou momin yô le prithre bayè la bènèdikchyon dou Chin Chakrèmin. To le velâdzo l’è inke: ouna redâyè dè chêrvin, lè hyê dè Kà kemin i dyon. Lè tsantre, la mujika, lè fiyètè in roba byantse è lè bouébo in bredzon. Lè dzounè fiyè in bèrè byan, è lè dzouno… ti la mima gravata. Lè militêre, la chochyètâ di Moudè è Kothemè in bredzon è dzakiyon. Lè  drapô, lè gonfanon, di krebiyon dè botyè  ke di piti j’infan van lanhyi vê le Bon Dyu. 

La prochèchyon pachâvè a travê le velâdzo è ch’arèthâvè dèvan katro rèpojyà, po la bènèdikchyon. Tsakon chuêvechê dèvouhyàjamin. Katro prèkô portâvan le pâyo. Drê apri, lè tsantre, lè j’omo, pu dèrê, lè fèmalè! Tyinta bala tropa dè j’infan; intrè Trivô è Èchê iran a pou pri trè thin.

Lè rèpojyà iran ti pye bi lè j’on tyè lè j’ôtro. Dèvan lè méjon, kontre la pourtâ de la grandze, ouna mèrvèye. To le mondo irè a la prochèchyon, lè dzin iran djamé alinyi a la ruva dou tsemin po lè vêre pachâ, irè pâ por rire!

Anne Marie Yerly

 

 

Souvenir de Fête

Nous venons de vivre la Fête-Dieu. J’ai retrouvé au galetas, des photos qui datent des années trente, dans mon village. C’était d’ailleurs pareil dans les autres paroisses.

La photo est prise au moment où le prêtre donne la bénédiction du St-Sacrement. Tout le village est là: une ribambelle de servants, les clercs de chœur comme ont dit. Les chantres, la fanfare, les fillettes en robe blanche et les garçons en bredzon. Les jeunes filles en béret blanc et les jeunes gens ayant tous la même cravate. Les militaires, la société des Costumes et coutumes en bredzon et dzaquillon. Les drapeaux, les bannières, des petites corbeilles de fleurs qui seront jetées au bon Dieu par les petits enfants.

La procession passait à travers le village et s’arrêtait devant quatre reposoirs pour la bénédiction. Chacun suivait avec dévotion. Quatre notables portaient le dais. Juste après venaient les chantres, les hommes, et enfin derrière, les dames. Quelle belle troupe d’enfants; entre Treyvaux et Essert, ils étaient à peu près trois cents.

Les reposoirs étaient tous plus beaux les uns que les autres. Devant les maisons, contre la porte de la grange, une merveille. Tout le monde participait à la procession. Les gens n’étaient jamais alignés au bort du chemin pour les voir passer, ce n’était pas pour rire!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.