La Finalissima aura bien lieu pour Bulle

| mar, 13. juin. 2017

Pour disputer la finale de promotion, samedi à Portalban/Gletterens, Bulle devait s’imposer contre Farvagny/Ogoz. Difficilement, les Gruériens ont fait la différence en toute fin de match (3-0). Troisième victoire à l’arrachée pour des Bullois survoltés.

PAR JONAS RUFFIEUX

Que tous les amateurs de football prennent leur agenda et y annotent la date du samedi 17 juin, 18 h. Car le détour par Portalban/Gletterens en vaudra certainement la peine, puisque l’affrontement désignera le champion du deuxième groupe de 2e ligue inter, qui se verra honorer d’une promotion en 1re ligue. Vainqueurs 6-0 (!) samedi du troisième Genolier/Begnins, les leaders broyards ont envoyé un signal fort à leurs concurrents bullois, une semaine avant la «Finalissima», qu’ils aborderont en tant que favoris.
A l’extérieur, avec l’obligation de gagner, le FC Bulle devra réaliser un petit exploit s’il entend joueur dans la catégorie supérieure la saison prochaine, aux côtés des rescapés Fribourg et Guin notamment. Qui sait si la décision ne se fera pas en toute fin de match, durant un money time dans lequel ils excellent?


Loïc Monney en sauveur
Car désormais, le public de Bouleyres ne s’inquiète plus si son équipe n’a toujours pas trouvé la faille avant la 80e minute de jeu. Samedi soir à domicile, face à Farvagny/Ogoz, les hommes de Duilio Servadio se sont sauvés en toute fin de match pour la troisième fois consécutive, après les victoires à l’arrachée face à Le Locle et Echichens.
Et, encore une fois, le club doit son salut à un jeune joueur remplaçant. Cette fois-ci, et comme à Echichens, c’est Loïc Monney, 18 ans, qui a débloqué la situation sur coup franc (84e, 1-0).
Le score de 3-0, s’il sonne sec et sonnant, ne résulte que d’une fin de match en fanfare des Bullois, car la victoire a été longue, très longue même à se dessiner. Dominateurs dans le jeu, supérieurs dans tous les domaines, les pensionnaires de Bouleyres ont galvaudé un certain nombre d’occasions en or, dès la cinquième minute et le raté de Mason, seul devant le but vide. Un quart d’heure plus tard, c’est Chatagny, idéalement placé, qui ajustait le poteau, avant que la tête d’Anton Yenni ne soit repoussée du bout du gant par le gardien Rey (45e).
Face à un Farvagny/Ogoz assez loin d’afficher la rage de vaincre que pourrait avoir un relégable, imprécis et peut-être tétanisé par l’enjeu de la rencontre, Bulle devait absolument profiter de l’aubaine. Pourtant, en début de deuxième période, Chatagny, encore lui, a manqué de transformer un penalty (46e). Un raté qui a semé le trouble dans les têtes gruériennes, les Bullois connaissant par la suite un trou noir de près d’une demi-heure.
Un but et une expulsion plus tard (lire ci-dessous), les dés étaient pourtant jetés. Dindamba, étincelant samedi soir, inscrivait le 2-0 (88e) et Nsamba, parfaitement lancé en profondeur, offrait au public une troisième réussite à la 91e.


Que 30% à la chance
«Nous ne pouvions que gagner ce match, réagissait Duilio Servadio à l’issue de la rencontre. Nous nous sommes procuré de nombreuses actions.» La réussite de ses joueurs résulte selon lui de la bonne ambiance qui règne à Bouleyres: «Dans le football, on ne peut attribuer que 30% à la chance. Depuis Noël, nous avons solidifié les quatre murs du vestiaire», image-t-il. Samedi, son coaching s’est encore avéré gagnant, avec la délivrance venue du pied d’un jeune remplaçant. Ces jeunes, décisifs, méritent-ils désormais plus qu’un rôle de joker? «Ils sont encore un peu courts pour entrer dans un onze de base», rétorque Duilio Servadio.
Face à Portalban/Gletterens, autant dire que les Gruériens se devront d’élever encore d’un cran leur niveau et ne pourront pas se permettre de galvauder autant d’occasions franches. Sur son excellente dynamique, Bulle bénéficiera-t-il du statut de favori? «Non, pas du tout, coupe l’entraîneur. Cela nous convient très bien d’être catalogués comme outsiders. Mais il est clair que mes joueurs seront prêts pour décrocher cette victoire.» ■

 

----------------------

Ils ont fait le match


L’homme du match, Elie Dindamba
L’attaquant bullois a réalisé une prestation proche de la perfection, samedi soir. Virevoltant, rapide et efficace, Elie Dindamba a créé de nombreux trous dans la défense de Farvagny, avant de provoquer le coup franc qui a débloqué le match à la 84e minute. Le jeune joueur de 22 ans, qui dispute sa première saison sous les couleurs gruériennes, a ensuite assuré la victoire des siens après une balade dans les seize mètres (88e, 2-0). «Dès les premières minutes, j’ai essayé de fatiguer mon défenseur et de l’enrhumer,
cela a fini par payer», réagissait l’habitant de Granges-Paccot.

LE tournant
Encore plus qu’un tournant, les 120 secondes après la 82e ont totalement joué le match. Tout commence par un tacle osé, impuni de Bochud dans sa surface de réparation. Puis un contre bullois, qui débouche sur un tacle de même facture sur Dindamba, à l’orée des 16 m. Cette fois-ci l’arbitre intervient: coup franc. Un coup franc transformé par Loïc Monney, où certains auront vu un hors-jeu, du fait qu’un joueur en position illicite aurait semble-t-il gêné le gardien. Farvagny n’obtiendra de ses réclamations qu’une expulsion pour insulte (Pasquier) et, réduit à dix, finira le match en roue libre…

Le malchanceux, Simon Chatagny
Son poteau (5e) et son penalty repoussé (46e) auraient pu figurer dans cette rubrique si son équipe n’avait pas empoché les trois points. Le vrai malchanceux, ce serait plutôt Marvin Rey, le gardien de Farvagny/Ogoz, absolument parfait jusqu’à la 84e minute. Trois buts encaissés, le tarif sévère que ne méritait pas le portier.

La phrase
«Nous avons besoin de trois points pour nous sauver. J’estime donc que nous avons 100% de chance de rester en 2e ligue inter si nous remportons le dernier match face à Vallorbe», Cédric Tona, entraîneur de Farvagny/Ogoz. JR

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Accident mortel à la Dent de Lys

Samedi, en fin de journée, un Vaudois âgé de 50 ans a perdu la vie, à la suite d'un accident de montagne dans la région de la Dent de Lys. D'après les premières investigations, il aurait chuté d'environ 200 mètres depuis une arête exposée, indique la police dans son communiqué.