Le patê din le mondo

En patois
En français


È-the bin arouvâ, chi fameu tsôtin? L’i a di dzoua k’on chè krê adi in evê, pu le lindèman on è brè dè tsô. Por vouè demikro, l’orâdzo l’a menachi to le dumidzoua, pu, l’a pachâ chu lè j’aleman. Diu châ chin ke no j’arin kan nouthra Gajèta parethrè dechando matin.
Le tin di vakanthè arouvè to bounamin. Le tin di voyâdzo, di galéjè rinkontrè. Chin mè fâ a moujâ  i nouthro ke chon yin dou payi,di kou farmo yin; è i fribordzê di jôtro tyinton. I moujo a ti hou ke dèvejon adi le patê léva-lé, è ke l’an pâ oubyâ.  Mon piti dê mè di ke n’in d’a bin kotyè j’on ke yêjon ma babiyârda. Lè rèmârhyo dè to kà.
Chu on bokon tru viye po l’ou promètre na dzoua… Adon vouè, l’ou fari on piti mèchâdzo d’amihyâ partikuyé. Fô ke chatsichan ke le patê l’è pâ fotu. L’a bin richkâ portan dè trèpachâ, l’è jou dèkrelandâ è mèpriji. Ma, du l’i a ouna vintanna d’an, prà dè dzin le dèfindon tsankramin, prà dè dzouno chuto. Nyon-mé ch’in jénè dè le dèvejâ. A vo ti, ami patêjan dou mondo: «Portâdè bin hô la palantse dè nouthron bi dèvejâ!» Lè dinche ke no le farin dourâ.

Anne Marie Yerly
 

 

Le patois dans le monde

Est-il bien arrivé, ce fameux été? Il y a des jours ou l’on  croit encore à l’ hiver, puis, le lendemain, l’on est en nage. Pour aujourd’hui, mercredi, l’orage  a menacé tout l’après-midi, puis il a passé «sur la Singine». Dieu sait ce que nous aurons quand la Gruyère paraîtra samedi matin.

Le temps des vacances arrive doucement. Le temps des voyages, des jolies rencontres. Ce qui me fait penser aux nôtres, qui sont loin du pays, parfois fort loin ; et aux fribourgeois des autres cantons. Je pense à tous ceux qui parlent encore patois là-bas, et qu’ils ne l’ont pas oublié. Mon petit doigt me dit qu’il y en a pas mal qui lisent ma petite bafouille. Je les remercie de tout cœur.

Je suis un peu trop vielle pour leur promettre une bisou… Alors aujourd’hui, je vais leur faire un petit message d’amitié, particulier. Il faut qu’ils sachent que le patois n’est pas fichu. Il a bien risqué pourtant de trépasser, il fut dénigré et méprisé. Depuis une vingtaine d’années, des gens le défendent ardemment, beaucoup de jeunes surtout. Plus personne ne se gène de parler. A vous tous, patoisants du monde, portez bien haut la pancarte de notre beau langage. C’est ainsi que nous le ferons durer.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.