Foin, regain...

Ce lecteur s’indigne de l’évolution de certaines pratiques dans l’agriculture.

Faire du foin, permettez-moi une désuète indignation. Oui, je suis choqué par l’observation des foins du XXIe siècle en nos contrées, indécemment au ras des mottes. En plaine, de puissants tracteurs aux faucheuses multiples parcourent les prairies à des vitesses qui ont de quoi stupéfier les armaillis du XXe siècle. Foin, regain,… comment appelle-t-on les troisièmes ou quatrièmes fauches?

L’herbe est courte, qu’importe, les machines passent dans la poussière soulevée par les éclats de terre. Une terre qui, au besoin, sera retournée et réensemencée. Forcer la nature, ne pas perdre de temps. Quelques jours de beau suffisent à stocker, on n’engrange plus beaucoup, les ballots géants recouverts de leur plastique blanc. Impératifs de production pour assurer la survie de notre agriculture? Probablement, mais pour quel avenir?

Alors quittons la plaine pour nos coteaux mieux respectés dans leur rythme saisonnier. Oui, certes, pas de tracteurs surdimensionnés, mais les petits 4x4 au centre de gravité très bas, parfois télécommandés, investissent les plus rudes pentes. Les faux ont disparu depuis longtemps et désormais, même pour les bordures, les râteaux aussi. Le moteur des souffleuses remplace sueur et huile de coude. Ainsi, en ces lieux également, le niveau de décibels change. Faire du foin, là aussi. Le bruit métaphorique rejoint notre présent assourdissant à de nombreux titres.

Authenticité, terroir, nature… Vive notre belle Gruyère! Ironie? Un chouïa… mais la vie est faite de cycles. Au bout de la nuit, le soleil revient et avec lui l’espérance qui prépare, au-delà des inquiétudes, les renouveaux à venir. On va prendre rendez-vous n’est-ce pas? Pour une lente danse au rythme apaisé. Marc Wicht, La Tour-de-Trême

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending