Ichtouâre dè roba

En patois
En français

Le viyo tin l’è pyin dè galé chovinyi. Mè fô vo dre ke l’è pye fachilo k’ou dzou d’ora po lè kontâ, pêrmo k’on tràvè adi lè mo ke fô.

Vo chédè ke lè prithre portâvan la chotanna. Kotâye tantyè a la gardyèta è botenâye… a trint’è-trè boton. Kan ha roba nêre pachâvè a travê le velâdzo, irè tyachon dè chè tinyi.

Moncheu pachâvè parto, i dyon bin ke n’in d’avê yon ke chè dzubyâvè din le grandzè, kan lè j’armayi aryâvan… rintyè por achoroyi chin ke dejan!

Vo vo chovinyidè prou chur pâ dou tin yô lè bouébelè portâvan la roba. L’i a tyè a vouityi lè viyè foto, iran ti in roba; è dèjo, pâ vouéro! Achtou k’iran poupro, l’ou betâvan di tsôthè. Irè pâ rin po hou gamenè. I alâvan ou dèfi, irè a chi ke protâvè di tsôthè le pye vuto.

On piti bouébo chè dèmorâvè dèvan vêr-là. L’inkourâ ke pachâvè l’i a fê on fôri, pu l’i a de dutrè mo, galéjamin. Le bouébo le vouityivè, du la titha i pi, on bokon èthenâ. Ma l’a rin oujâ dre.

Achtou ke le prithre l’è jou lêvi, l’infan l’a firi dedin, l’a tyirâ cha dona: «Dona, dona, Moncheu… in roba, i «fâ» adi.»!

Anne Marie Yerly

 

Histoire de robe

Le vieux temps est plein de jolis souvenirs. Je dois vous dire que c’est plus facile qu’aujourd’hui. Pour les raconter, car on trouve encore les mots qu’il faut.

Vous savez que les prêtres portaient la soutane. Fermée jusqu’au cou et boutonnée… à trente-trois boutons. Quand cette robe noire passait à travers le village, il était question de se bien tenir.

Mr. le curé passait partout, on dit même que l’un d’eux se glissait dans les granges, quand les armaillis trayaient… rien que pour écouter ce qu’ils disaient.

Vous ne vous souvenez pas du temps où les petits garçons portaient la robe. Il n’y a qu’à voir les vieilles photos, ils étaient tous en robe ; et par-dessous… pas grand-chose! aussitôt qu’ils étaient propres, on leur mettait un pantalon. Ce n’était pas rien pour ces petits gamins. Ils allaient au défit, c’était à celui qui portait la culotte le plus tôt.

Un petit garçon s’amusait devant sa maison. Le curé qui passait lui a fait un sourire, puis il lui a dit deux ou trois mots, gentiment. Le garçon le regardait, de la tête aux pieds, un peu étonné. Mais il n’a rien osé dire.

Aussitôt que le prêtre fut parti, l’enfant a filé dans la maison, a appelé sa mère: «Maman, maman, Monsieur le curé en robe… il «fait» encore»!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending