L’u bènêteEn

En patois
En français

 

Tyin drôlo dè mo! L’è portan dinche ke dyon, in bon patê po l’ivouè bènête. Le patê l’a di tyintè, k’on châ pâ yô chon jelâ lè dèkrotâ. La hyà kan lè gonhya, l’i dyon la «hyou gonhya». Alâdè chavê portyè.

No j’avan, din le viyo tin l’u bènête dou Bèni Dechando. La bènechan in mimo tin tyè le fu novi. No j’alâvan dè bon matin ou mohyi avu di bidon, puiji din la grôcha tena yô l’inkourâ l’avi fê to chin ke fayê. Pu apri no la betâvan din di botoyè, din lè bènityé è parto yô n’in d’avi fôta.

A chi propou l’i a j’ou kotyè kou di chorèprêchè. La gota l’è achebin biantse, ke chêyè de la poma, dou pre,di grétè. On kou in botoye fô bin notâ chu l’ètikète. Ma bala-mére l’a vêcha la gota ou ramouneu, è bin chi inke l’a bin chu li fére a rèmarkâ ke chè ch’irè tronpâye. 

Pye galé: La dama ke rapyôtchivè dzin è bithè, la rabiyàja, vo vo chovinyidè poutithre dè li, irè a non Rose. Irè jou tyirâye por on dzouno bà ke bouatâvè, vê on grô payijan. L’a to chin rèbetâ adrê. Le payjan, farmo benéje l’i a bayi dè bon kà on litre dè prunô.

Tyè ke, kan l’an volu n’in bêre, è bin, irè l’u bènête dè Pâtyè! L’a djamé chu che l’avan fê èchprè. Ma chin ke l’i a fê le pye mô ou vintro, l’è ke le bà l’è chayê premi ou Martyi Konkour dè Bulo. Anne Marie Yerly

 

 

L’eau bénite

Quel drôle de mot en patois. C’est pourtant ainsi que l’on dit en bon patois. Le patois a des caprices, l’on ne sait pas bien ou il est allé les chercher. La crème gonfle par exemple «Hyou gonhya». Allez savoir pourquoi.

Nous avions dans le vieux temps l’eau bénite du Samedi Saint. On la bénissait en même temps que le feu nouveau. Nous allions de bon matin à l’église avec des bidons, puiser dans la grande vasque ou le curé avait fait tout ce qu’il fallait. Puis ensuite nous la mettions dans des bouteilles, dans les bénitiers et partout où il y avait besoin. 

À ce propos il y eut quelques surprises. L’eau de vie est aussi blanche, que ce soit de la pomme, de la poire, des cerises. Une fois en bouteille il faut bien noter sur l’étiquette. Ma belle-mère a versé la goutte au ramoneur, et bien celui-ci a bien su lui faire remarquer qu’elle s’était trompée.

Plus joli: la dame qui soignait gens et bêtes, la rhabilleuse, vous vous souvenez peut-être d’elle, elle s’appelait Rose. Elle fut appelée pour un jeune taureau qui boitait, chez un gros paysan. Elle remit tout cela en ordre. Le paysan fort content lui donna de bon cœur un litre de pruneau.

Mais voici que, lorsqu’ils voulurent en boire, et bien, c’était l’eau bénite de Pâques. Elle n’a jamais su si c’était fait exprès. Mais, ce qui lui fit le plus mal au ventre, c’est que le taureau est sorti premier au Marché Concours de Bulle. Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un habitant anonyme et poète fleurit toute une rue de Bulle

Les habitants de la rue du Russalet se sont émerveillés devant les parterres de fleurs qui ont poussé cet été, après la coupe de 60 arbres. Ils ont pensé en remercier la ville. Or, elle n’y est pour rien. C’est un simple habitant, amoureux du langage des fleurs, qui les a payées, plantées.