Les chalets devraient disparaître vers 2022

| sam, 08. jui. 2017

Plus de 180 résidences secondaires sont réparties dans la réserve de la Grande Cariçaie. Les cantons de Fribourg et de Vaud ont annoncé qu’ils allaient démanteler ces constructions, incompatibles avec la protection de la nature. Une mesure annoncée la première fois il y a trente ans et sans cesse repoussée.

PAR XAVIER SCHALLER

Mieux que Top models, les chalets de la Grande Cariçaie. Un feuilleton politico-écologico-juridique qui dure depuis 1982. Mais cette fois-ci ça sent la fin. L’épisode qui a commencé jeudi devrait être le dernier: le canton de Fribourg a annoncé qu’il «lançait la procédure de démantèlement des chalets de la rive sud du lac de Neuchâtel». Vaud a fait de même.
Mais les 184 résidences secondaires situées dans la réserve naturelle – dont 117 en terre fribourgeoise – ne vont pas disparaître demain. Plutôt en 2022. «Nous espérons y parvenir pour la fin de la législature», confirme Marie Garnier, directrice des Institutions, de l’agriculture et des forêts (DIAF) – son département est légalement propriétaire des terrains.
Nicolas Wüthrich, secrétaire romand de Pro Natura, salue «un sacré pas en avant». En même temps, il se questionne sur le moyen choisi pour y parvenir, à savoir une modification du Plan d’affectation cantonal des réserves naturelles de la rive sud du lac de Neuchâtel (PAC).
«Cela ressemble à une tentative de prolonger la procédure de plusieurs années. Voire de se défiler.» Il faut dire que, par le passé, le Conseil d’Etat n’avait pas montré beaucoup d’empressement à régler ce dossier.


Bâtis entre 1920 et 1962
Les chalets ont été construits entre 1920 et 1962, sur des terrains publics fribourgeois et vaudois de la rive sud du lac de Neuchâtel. «Datant d’avant la création de la réserve de la Grande Cariçaie, ils étaient au bénéfice de droits et d’autorisations à bien plaire et limités dans le temps», précise Marie Garnier. Des droits échus depuis de nombreuses années.
C’est en 1982 que des zones naturelles ont été protégées dans la Grande Cariçaie (voir encadré). Elles ont été délimitées par un Plan directeur intercantonal de la rive sud du lac de Neuchâtel, qui prévoyait la démolition de toutes les résidences secondaires du périmètre.
La Grande Cariçaie figure, depuis, dans divers inventaires fédéraux, notamment celui des paysages, sites et monuments naturels depuis 1983 et celui des réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs d’importance internationale et nationale depuis 1991. Mais de pétitions en oppositions, les propriétaires ont toujours réussi à repousser l’échéance.
Un bail leur avait finalement été accordé jusqu’en 2008. Mais lorsque l’échéance s’est approchée, le Conseil d’Etat a tenté de trouver une autre solution pour éviter les démolitions. En 2007, il a en effet édicté une ordonnance instituant un «contrat nature», qui permettait aux propriétaires de conserver leurs résidences sous certaines conditions.
Les associations environnementales s’étaient opposées à cet accord et étaient allées jusqu’au Tribunal fédéral pour obtenir, en 2010, l’annulation de ces contrats. «On nous parle maintenant d’une échéance à 2022, alors qu’il nous semble que tout est dit depuis longtemps», s’étonne Nicolas Wüthrich.


Résilier tous les baux
Le canton veut éviter de crouler sous les recours individuels. «L’objectif est de dénoncer les baux soit tous en même temps, soit par lots, en coordination avec le canton de Vaud, explique Marie Garnier. Selon une expertise que nous avons commandée, la modification du PAC n’est pas une option, mais une démarche préalable nécessaire pour faire cela.»
La Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions va donc modifier le texte. Elle y intégrera les conclusions de la Commission fédérale pour la protection de la nature et du paysage et celles de l’Office fédéral de l’environnement. «Lors de la mise à l’enquête publique, probablement en 2018, il y aura sans doute des recours, note Marie Garnier. Mais ensuite, les baux pourront être dénoncés et nous pourrons lancer les procédures de démantèlement.» Lesquelles seront à la charge des propriétaires. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Chute mortelle dans les Préalpes

Un accident de montagne s’est produit dans la région de la Dent-de-Folliéran, dimanche en fin de matinée. Un homme de 28 ans domicilié dans le canton de Fribourg a fait une chute d’environ 200 mètres et a perdu la vie. Il se trouvait sur l’arête de Galère et cheminait en direction du Vanil-Noir.