Bouna mèmouâre, la bithe

En patois
En français

Vo chédè ti portyè l’an betâ chi non «Ômêna» ou Lé nê. L’è oun’afére dè mouêno ke l’avi fê on mèrâhyo por innèyi di têrubyè charpin, k’inpojenâvan la kotse. L’è chobrâ le Lé dou mouêno. Avu le patê de la Chindzena le non l’a on bokon tsandji.

In fajin le toua dou Lé d’Ômêna, demindze dumidzoua, ouna viye ichtouâre no j’è rèvinyête. Chin chè pachâ l’i a poutithre dou thin j’an. A l’êrbâye, on pechin tropi dè Trivô poyivè din ha kotse. A pi tantyè a la Djithe dè l’Èpetô a Chin Chavithro, yô l’i chobrâvan kotyè dzoua. Pu i montâvan vê le Lé.

In arouvin, la pye grôcha partya dou tropi montâvè in kontre Rigesalè (ke l’i dyon ora Riggisalp). L’è jôtrè poyivan i Rèkardè. Por alâ i Rèkardè, fô modâ pê la drête dou lé, po Rigesalè, pê la gôtse. I partadjivan le tropi. Lè vatsè konyechan le chindê, i alâvan bon trin, de na pâ kemin dè l’ôtra.

Ma, on’an l’avan betâ dè l’ôtra pâ, ouna vatse ke poyivè dè kothema i Rèkardè. To por on kou, la bithe chè rindu konto k’irè pâ chon tsemin, a che n’avi. Nè ouna nè duvè tyiè ke l’a fê, krêdè-vo? A chô tantyè ou lé, l’an pâ pu la ratinyi, a la nadze tantyè a l’ôtra ruva… la chenaye ou kou, po rakore chè chèrè!

Anne Marie Yerly

 

 

Bonne mémoire, la bête

Vous savez tous pourquoi le nom d’«Ômêna» fut donné au lac Noir. C’est une histoire de moine qui fit un miracle pour noyer de terribles serpents qui empoisonnaient la région. Il est devenu le lac du Moine. Avec le patois Singinois, le nom a un peu changé.

En faisant le tour du lac Noir, dimanche après-midi, une vieille histoire nous est revenue. Ceci s’est passé il y a peut-être deux cents ans. Au moment de l’alpée, un grand troupeau de Treyvaux montait dans la région. A pieds jusqu’à la «Gîte de l’Hôpital» à Saint-Sylvestre, où il restait quelques jours. Puis on montait vers le lac Noir.

En arrivant la plus grande partie du troupeau montait contre Roggisalp. Les autres alpaient aux Récardets. Pour aller aux Récardets il faut partir par la droite du lac, pour Riggisalp, par la gauche. On partageait le troupeau. Les vaches connaissaient le sentier, elles allaient bon train, d’un côté comme de l’autre.

Mais, une année, on avait mis de l’autre côté, une vache qui alpait d’habitude aux Récardets. Tout à coup la bête s’est rendu compte, à son avis, que ce n’était pas son chemin. Ni une ni deux qu’a-telle fait croyez-vous? A grands sauts jusqu’au lac, on ne put la retenir, à la nage jusqu’à l’autre rive… la sonnaille au cou, pour rattraper ses sœurs!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un habitant anonyme et poète fleurit toute une rue de Bulle

Les habitants de la rue du Russalet se sont émerveillés devant les parterres de fleurs qui ont poussé cet été, après la coupe de 60 arbres. Ils ont pensé en remercier la ville. Or, elle n’y est pour rien. C’est un simple habitant, amoureux du langage des fleurs, qui les a payées, plantées.