In chovinyi d’on piti trin

En patois
En français

Ly-a dyora thinkant’an ke le piti trin k’alâvè du Tsathi-Chin-Dèni bâ a Vevey n’ègjichtè pâ mè. L’è bin damâdzo, kan on moujè k’ora li-è to le kontréro ke chè pâchè. On tsanpè le pye pochubyo lè dzin a prindre le trin ou bin le «Mobul». Fô dre ke lè routè chon ora tarubyamin inkonbrâyè d’oto. Ly-a tyè a vêre le tin k’ly-a fayu a ti hou ke l’an volu pachâ le «Gothard» dou tin dè Pâtchè. 

Po n’in rèvinyi ou piti trin dè Tsathi-Chin-Dèni, mè chovimyo k’in mil-nouthin-chinkantè-thin, ou keminhyèmin d’la Fitha di Vinyeron, avu ouna kobya dè dzouno dè mon velâdzo, chu modâ po Vevey por alâ vuitchi on fu d’artifithe k’lè râramin yu ache bi. No chin rintrâ to redyè dè chi voyâdzo in piti trin, on bokon chu le matin. Pye tâ, avu chi mime trin, no modâvan po fére dou charvucho in Valais. Mè chovinyo k’a la fin d’on kour dè rèpètichyon, no j’èthan ouna bouna partya dou batayon katouârdzè è tyindzè chu chi trin k’irè on bokon tsêrdji. I alâvè talamin pyan ke kotyè j’on choutâvan bâ è korchan dèkouthè po lou dèmorâ. 

Ly-è kan mimo damâdzo ke lè j’otoritâ d’la Bêrna fédérale è dou tyinton dè Vaud è Friboua n’an pâ pu trovâ on akouâ po mantinyi chi tsemin dè fê. Ora l’è tru tâ, le mô l’è fê è tsakon le règrètè, in dejin: «Ch’on-avi chu chin!»

Vonvon Kolly

 

 

En souvenir d’un petit train

Il y a bientôt 50 ans que le petit train qui allait de Châtel-St-Denis à Vevey n’existe plus. C’est bien dommage, quand on pense que maintenant c’est tout le contraire: on pousse le plus possible les gens à prendre le train ou bien le Mobul. Il faut dire que les routes sont terriblement encombrées d’autos. Il n’y a qu’à voir le temps qu’il y a fallu à tous ceux qui ont voulu passer le Gothard, au temps de Pâques.

Pour en revenir au petit train de Châtel-St-Denis, je me souviens qu’en 1955, au commencement de la Fête des Vignerons, avec un petit groupe de jeunes de mon village, j’étais parti pour Vevey pour aller voir un feu d’artifice que j’ai rarement vu aussi beau. Nous sommes rentrés tout joyeux de ce voyage en petit train, un peu sur le matin. Plus tard, avec ce même train, on partait pour faire du service militaire en Valais. Je me souviens qu’à la fin d’un cours de répétition, on était une bonne partie des bataillons 14 et 15 sur ce train qui était un peu chargé. Il allait tellement lentement que quelques-uns sautaient hors du train et couraient à côté, pour s’amuser.

C’est quand même dommage que les autorités de la Berne fédérale et des cantons de Vaud et Fribourg n’aient pas pu trouver un accord pour maintenir ce chemin de fer. Maintenant c’est trop tard, le mal est fait et chacun le regrette, en disant: «Si on avait sû ça!»

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un habitant anonyme et poète fleurit toute une rue de Bulle

Les habitants de la rue du Russalet se sont émerveillés devant les parterres de fleurs qui ont poussé cet été, après la coupe de 60 arbres. Ils ont pensé en remercier la ville. Or, elle n’y est pour rien. C’est un simple habitant, amoureux du langage des fleurs, qui les a payées, plantées.