Hou j’orâdzo ke no bayon di j’èfrethon

En patois
En français

Dè mè chovinyi, kan keminhyivè a bordenâ to pri dou velâdzo, gayâ prà dè j’infan l’avan na pouêre bleuve dè l’orâdzo. Adon, chè terivan pri dè lou parin, inke iran mi chèkurijâ.

L’é on chovinyi de la méjon kan l’orâdzo rounâvè chu nouthrè kanpanyè, ke lè j’èyudzo pèhyâvan a no fére a dzêrdziyi; ke le tenêvro fajê a gurlâ lè fenithrè, è ke la pyodze avu la nyêrga dè l’oura vinyê chè fotre kontre lè ramirè, lè parê iran lavâyè.

Nouthra bouna dona prèyivè; l’intindo adi rèchitâ avu dèvouhyon ouna pitit’orèjon: «Mon Diu, rinvouye ou fu hou j’èyudzo, chi tenêvro, din on yu dèjê, chin fére dè mô nè i dzin nè i bithè!»

No no tinyan di kou ou pêyo, di kou a l’othô. La Dona bourlâvè dou bèni, è chu la trâbya l’i avê ouna tsandêla. No, lè j’infan, no j’avan lè j’yè inkrâ chu la hyanma, tot’in bayin rèponcha a la prèyire.

È bin te vê, Dona, irè ouna bala lethon ke no j’an ti vouêrdâ in chobranthe.

Gérard Rime a Tônon, Tsêrmê

 

 

Ces orages qui nous donnent les frissons

De mes souvenirs, lorsqu’il commençait à bourdonner tout près du village, presque tous les enfants avaient une peur bleue de l’orage. Alors, ils s’approchaient de leurs parents, là ils étaient plus sécurisés.

J’ai un souvenir de la maison, quand l’orage grondait sur nos campagnes, que les éclairs éclataient à nous faire frémir; que le tonnerre faisait trembler les fenêtres, et que la pluie poussée par la rage du vent, venait se ficher contre les façades, les parois étaient lavées.

Notre bonne maman priait; je l’entends encore réciter avec dévotion une petite oraison: «Mon Dieu, renvoie au feu ces éclairs, ce tonnerre, dans un lieu désert, sans faire de mal aux gens et aux bêtes!»

Nous nous tenions parfois à la chambre de famille, parfois à la cuisine. La maman brûlait du «bénit» et sur la table il y avait une bougie allumée. Nous, les enfants, nous avions les yeux fixés sur cette flamme, tout en répondant à la prière.

Et bien tu vois, Maman, c’était une belle leçon que nous avons tous gardée en souvenir.

Gérard Rime à Tônon, Charmey

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un habitant anonyme et poète fleurit toute une rue de Bulle

Les habitants de la rue du Russalet se sont émerveillés devant les parterres de fleurs qui ont poussé cet été, après la coupe de 60 arbres. Ils ont pensé en remercier la ville. Or, elle n’y est pour rien. C’est un simple habitant, amoureux du langage des fleurs, qui les a payées, plantées.