L’église touraine accueillera un million de fidèles européens

| sam, 12. aoû. 2017

Le 15 août, la messe de l’Assomption qui se déroulera à La Tour-de-Trême sera filmée et diffusée en eurovision. Environ un million de téléspectateurs, provenant de six pays européens, suivront cette célébration. Le réalisateur et le responsable de la retransmission reviennent sur la préparation de cet événement.

PAR VALENTIN CASTELLA

L’église Saint-Joseph de La Tour-de-Trême se transformera, le temps d’une célébration, en un plateau télévisé. Mardi matin (11 h) en effet, la messe solennelle de l’Assomption sera diffusée en eurovision. Ainsi, environ un million de téléspectateurs provenant de six pays (Suisse, France, Espagne, Belgique, Hollande et Irlande) sont attendus devant leur poste. Dans le canton, un tel événement, estimé à plusieurs dizaines de milliers de francs, n’avait pas eu lieu depuis 2011, à Ursy.
Le moment est donc important et rien ne sera laissé au hasard. Cela fait en effet plusieurs mois que les préparatifs sont en cours, comme le décrivent Bernard Litzler, directeur de Cath-info, le centre catholique des médias en charge de la retranscription, et le réalisateur de la RTS Raphaël Van Singer.

● Le choix de l’endroit
«La première étape a été de choisir le lieu, explique Bernard Litzler. Nous effectuons un tournus en Suisse romande et nous devions dénicher une église fribourgeoise. En raison de l’intérêt de la région, notre choix s’est porté sur la Gruyère. Après les visites de plusieurs églises, celle de La Tour-de-Trême a été sélectionnée.» Et pourquoi spécialement celle-ci? «Elle répond à plusieurs critères, que cela soit au niveau de la taille, de la lumière ou des ressources en électricité, précise Raphaël Van Singer. De plus, nous avons besoin d’une communauté prête à s’engager. Il faut du monde à l’intérieur le jour même, mais également lors des préparatifs.»
Bernard Litzler complète: «Cet endroit permet également de stationner les trois camions nécessaires. Et puis, le dynamisme et la souplesse de l’Unité pastorale nous ont convaincus. Sans oublier, la présence d’une chorale. Ce dernier point est important, car nous allons proposer une carte de visite de la Suisse.»

● La mise en place
Le lieu choisi, place à la préparation de l’office. «Un script d’une quarantaine de pages est nécessaire afin de regrouper toutes les informations nécessaires au réalisateur, reprend Bernard Litzler. Chaque étape est répertoriée, chaque mouvement signalé. Il s’agit d’une chorégraphie très cadrée.» De son côté, le réalisateur effectue une deuxième reconnaissance, technique cette fois-ci, «afin de visualiser les angles des six caméras, les besoins en lumière et en son», décrit Raphaël Van Singer. Le matériel nécessaire est installé quelques jours avant la célébration. A La Tour-de-Trême, les lumières ont par exemple été posées hier. Les caméras seront installées lundi matin.
Quelques semaines avant la célébration, Bernard Litzler a fait parvenir aux autres chaînes européennes concernées les textes que vont lire les célébrants, afin qu’elles puissent les traduire et les transmettre ensuite à leur commentateur. Un rôle qu’assume justement le directeur de Cath-info pour la RTS. «Lorsque la messe se déroule en français, je comble juste les moments creux. Dans le cas contraire, il est clair que je parle tout le temps.»

● Les répétitions
Mardi, la célébration va durer soixante minutes, et pas une de plus. Pas question donc de traîner ou d’aller trop vite. Afin que tout soit parfait, de nombreuses répétitions sont prévues. Dimanche soir, les processions seront à l’ordre du jour, tout comme différentes parties de la célébration le lundi après-midi. Le soir même, une messe sera organisée à 18 h. «Lors du débriefing qui suivra, nous donnerons les derniers conseils aux protagonistes quant à l’attitude à adopter ou à leur diction, précise Bernard Litzler. Le tout en leur faisant bien comprendre qu’ils ne doivent pas trop changer leurs habitudes. Cela reste une messe et non un spectacle, même si la chorégraphie est connue à l’avance.»
Les «acteurs» sont alors prêts, place au direct: «Nous savons où se situe chaque caméra et ce qu’elle doit filmer, à quel moment. C’est très précis, décrit Raphaël Van Singer. Par contre, j’aime bien laisser quelques libertés au caméraman.» Bernard Litzler conclut: «Il est important que les célébrants soient en confiance. Cela se ressent beaucoup lors de la retransmission. Ils sont amateurs et c’est à nous, professionnels, de bien les entourer.» ■

 

-------------------------

 

Une dimension internationale

Mardi à 11 h, l’église Saint-Joseph de La Tour-de-Trême ouvrira ses portes à environ un million de téléspectateurs. Un événement qui sort de l’ordinaire pour l’Unité pastorale Notre-Dame de Compassion qui s’active pour la bonne organisation de cette célébration depuis plusieurs mois.
Toutefois, l’abbé Bernard Miserez, qui sera accompagné par le chanoine Claude Ducarroz, en charge de l’homélie, ne va pas modifier ses habitudes. A quelques détails près. «Il s’agira d’une messe solennelle, avec le chœur mixte qui interprétera des extraits d’une messe de Mozart et deux chants en patois, un orchestre et des servants de messe. Les habitués ne verront aucun changement. Nous allons toutefois tenter de donner une allure plus festive à cette célébration et de lui apporter une dimension internationale, dans le but d’accompagner les téléspectateurs et de partager avec eux la joie de la célébration.»
Ces légères modifications ne devraient pas perturber l’abbé Bernard Miserez, qui a déjà participé à cinq célébrations en eurovision depuis 1982. «Je me souviens notamment d’une messe de minuit en 2002 à Saignelégier. C’est là que je me suis rendu compte de l’impact sur les gens. Les jours suivants, j’avais reçu beaucoup de courrier.»
 

La région à l’honneur
De quoi stresser quelques jours avant la diffusion? «Bien sûr que c’est toujours particulier. Mais je ne suis pas trop effrayé. Je suis surtout content pour la région, qui bénéficiera d’une belle vitrine. Pas beaucoup d’événements permettent à la Gruyère d’être aussi visible dans plusieurs pays d’Europe.» En effet, un film de trois minutes précédera la célébration. «Il mettra en évidence différentes particularités de la région, décrit le réalisateur Raphaël Van Singer. Les téléspectateurs verront par exemple des prises de vues depuis le Moléson ou le marché folklorique.» VAC

 

 

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Accident mortel à la Dent de Lys

Samedi, en fin de journée, un Vaudois âgé de 50 ans a perdu la vie, à la suite d'un accident de montagne dans la région de la Dent de Lys. D'après les premières investigations, il aurait chuté d'environ 200 mètres depuis une arête exposée, indique la police dans son communiqué.