La mouâ dou papê

En patois
En français

Lè journalichte n’in dèvejon chovin, l’è pâ-mé po rire: l’i a adi min dè dzin ke prinnyon la pêna dè yêre lè gajètè. Lè novalè no j’arouvon, pê mèrâhyo, chu lè bouêthè a èmâdzè, kotyè menutè apri ke l’afére l’è arouvâye. Le «karon vijenê» è l’ordinateu, cheran-the tyè lè duvè fathon dè ch’inchtruire?

Le tin di «Bourla-Papê» dè mile vouè-thin dou rèvin-the a la mouda? L’i a ôtyè dè drôlo: adon ke lè gajètè chon a l’angoni, di kilo dè katalôgo è dè publichitâ inpyon nouthrè bouêthè a lètrè. Po chin adon i tràvon di litre d’intso è di vagon dè papê. Vouéro dè dzin prinnyon le tin dè yêre hou j’ânèri?

Adon ke la bouna lèktura l’è le pye bi di pâcha-tin. Fô pâ dre ke l’i a rin-mé d’intèrèchin a yêre. L’i a adi di bon j’èkrivin, k’èkrijon in bon franché. A propou dè franché, krêdè-vo pâ ke, chi inke, i ch’in va achebin? Pê vêr no, le franché l’a avutrâ le patê… è bin, l’anglé va fére parê, avui le franché.

Chàbrin fidélo a nouthrè gajètè è a nouthrè bon lêvro… pu kan mimo adi a nouthron patê.

Anne Marie Yerly

 

La mort du papier

Les journalistes en parlent souvent, ce n’est plus pour rire: il y a de moins en moins de gens qui prennent la peine de lire les journaux. Les nouvelles nous arrivent, par miracle, par la télévision: quelques minutes après que l’événement s’est produit. La télévision et l’ordinateur, ne seraient-ils que les deux façons de s’instruire?

Le temps des «Brûles-papiers» de 1802 revient-il à la mode? Il y a quelque chose de drôle: alors que les journaux sont à l’agonie, des kilos de catalogues et de publicité emplissent nos boîtes à lettres. Pour ça alors, ils trouvent des litres d’encre et des wagons de papier. Combien de personnes prennent-elles le temps de lire ces âneries?

Alors que la bonne lecture est le plus beau des passe-temps. Il ne faut pas dire qu’il n’y a plus rien d’intéressant à lire. Il y a encore de bons écrivains, qui écrivent en bon français. A propos de français, ne croyez-vous pas que celui-ci s’en va, aussi? Chez nous, le français a anéanti le patois… et bien, l’anglais va faire pareil, avec le français.

Restons fidèles à nos gazettes et à nos bons livres… et puis, quand-même encore à notre patois.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending