La mouâ dou papê

En patois
En français

Lè journalichte n’in dèvejon chovin, l’è pâ-mé po rire: l’i a adi min dè dzin ke prinnyon la pêna dè yêre lè gajètè. Lè novalè no j’arouvon, pê mèrâhyo, chu lè bouêthè a èmâdzè, kotyè menutè apri ke l’afére l’è arouvâye. Le «karon vijenê» è l’ordinateu, cheran-the tyè lè duvè fathon dè ch’inchtruire?

Le tin di «Bourla-Papê» dè mile vouè-thin dou rèvin-the a la mouda? L’i a ôtyè dè drôlo: adon ke lè gajètè chon a l’angoni, di kilo dè katalôgo è dè publichitâ inpyon nouthrè bouêthè a lètrè. Po chin adon i tràvon di litre d’intso è di vagon dè papê. Vouéro dè dzin prinnyon le tin dè yêre hou j’ânèri?

Adon ke la bouna lèktura l’è le pye bi di pâcha-tin. Fô pâ dre ke l’i a rin-mé d’intèrèchin a yêre. L’i a adi di bon j’èkrivin, k’èkrijon in bon franché. A propou dè franché, krêdè-vo pâ ke, chi inke, i ch’in va achebin? Pê vêr no, le franché l’a avutrâ le patê… è bin, l’anglé va fére parê, avui le franché.

Chàbrin fidélo a nouthrè gajètè è a nouthrè bon lêvro… pu kan mimo adi a nouthron patê.

Anne Marie Yerly

 

La mort du papier

Les journalistes en parlent souvent, ce n’est plus pour rire: il y a de moins en moins de gens qui prennent la peine de lire les journaux. Les nouvelles nous arrivent, par miracle, par la télévision: quelques minutes après que l’événement s’est produit. La télévision et l’ordinateur, ne seraient-ils que les deux façons de s’instruire?

Le temps des «Brûles-papiers» de 1802 revient-il à la mode? Il y a quelque chose de drôle: alors que les journaux sont à l’agonie, des kilos de catalogues et de publicité emplissent nos boîtes à lettres. Pour ça alors, ils trouvent des litres d’encre et des wagons de papier. Combien de personnes prennent-elles le temps de lire ces âneries?

Alors que la bonne lecture est le plus beau des passe-temps. Il ne faut pas dire qu’il n’y a plus rien d’intéressant à lire. Il y a encore de bons écrivains, qui écrivent en bon français. A propos de français, ne croyez-vous pas que celui-ci s’en va, aussi? Chez nous, le français a anéanti le patois… et bien, l’anglais va faire pareil, avec le français.

Restons fidèles à nos gazettes et à nos bons livres… et puis, quand-même encore à notre patois.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un habitant anonyme et poète fleurit toute une rue de Bulle

Les habitants de la rue du Russalet se sont émerveillés devant les parterres de fleurs qui ont poussé cet été, après la coupe de 60 arbres. Ils ont pensé en remercier la ville. Or, elle n’y est pour rien. C’est un simple habitant, amoureux du langage des fleurs, qui les a payées, plantées.