«Ces valeurs sur lesquelles reposent nos soins»

Deux infirmières insistent sur la dimension humaniste de leur profession.

Touchées par l’émission Envoyé spécial concernant les conditions de travail des infirmières en France, nous aimerions interpeller la population fribourgeoise quant au devenir de la qualité des soins dans notre système de santé. Epuisement professionnel, absentéisme fréquent, burn out amenant au suicide… voilà une triste, mais désolante réalité de la condition des soignants en France. Ces mots nous font écho car malheureusement, depuis l’introduction des DRG en Suisse (tarification selon la  pathologie) en 2012, les soignants subissent la loi intransigeante d’une nouvelle méthode de management contradictoire avec l’humanisme de l’hôpital. En résumé, tout acte technique est facturé, donc rapporte de l’argent au détriment de la relation d’aide, considérée comme temps mort, donc ne rapportant rien à l’hôpital (soutien au patient, à la famille, accompagnement en fin de vie, etc.). Cette méthode de management a pour but de réduire les déficits financiers au détriment de la qualité des soins et de la souffrance du personnel soignant. Elle implique d’abord une diminution nette du personnel par simple suppression de postes, renforcée par les arrêts maladie non remplacés auxquels nous devons pallier. Elle induit ensuite que le patient n’est plus soigné dans sa globalité. Ce système pervers fait que le personnel soignant se culpabilise de ne pouvoir offrir une qualité de soins. Il devient surtout difficile dans ces conditions d’assurer une sécurité optimale. Nous aimerions interpeller le monde politique, responsable de la pression exercée sur la santé publique, en diminuant chaque année les subventions nécessaires au bon fonctionnement de nos hôpitaux. Pour le bien de la population, l’Etat n’a-t-il pas la responsabilité de maintenir des hôpitaux à exigences non seulement techniques mais surtout humaines? En tant que futurs patients, êtes-vous prêts à ne recevoir qu’un geste technique et non plus une main tendue pour vous rassurer? Après vingt-cinq années d’expérience professionnelle, il devient difficile pour nous de nous plier à ces exigences en laissant de côté l’écoute, l’empathie et l’humanisme, toutes ces valeurs sur lesquelles reposent nos soins. Isabelle Demierre, Vuadens et Florence Pharisa, Estavannens

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending