Corbetta disparaît, le futur hôtel se précise

| mar, 05. sep. 2017

La démolition de l’ancien Hôtel Corbetta, aux Paccots, a démarré. Très attendu, le projet d’hôtel qui doit le remplacer peut aller de l’avant. Ce sera un établissement 4 étoiles, «capable de concurrencer les hôtels de la Riviera». Mais il reste encore et toujours à convaincre les investisseurs.

PAR FRANCOIS PHARISA

Reportée à maintes reprises ces dernières années, la démolition de l’ancien Hôtel Corbetta a commencé en fin de semaine passée. L’emblématique bâtisse du centre des Paccots, construite en 1942 puis agrandie en 1965, doit céder sa place à un nouvel hôtel. Ce projet, dont les contours ont fluctué plusieurs fois depuis son lancement en 2012, est très attendu dans le district et dans la station en particulier, en mal de lits hôteliers. Avec cette démolition, il franchit une étape décisive.
«Le bâtiment était délabré, du chenis s’entassait tout autour, c’était le moment d’avancer», relève Gilbert Coquoz, promoteur et unique actionnaire de la société Hôtel Corbetta SA. Le chantier de démolition devrait se terminer d’ici le 15 septembre. Mais la construction du nouvel hôtel ne commencera, elle, «pas avant l’année prochaine».


Trois investisseurs
Les plans de financement et d’exploitation ne sont en effet pas encore définitivement arrêtés. «J’y travaille. Je suis actuellement en discussion avec trois investisseurs intéressés, dont un grand groupe étranger. Les négociations sont en bonne voie», assure Gilbert Coquoz, qui préfère rester discret sur leur identité. Ceux-ci devront permettre de réunir «plus de 7 millions de francs», soit la moitié de l’investissement total.
«Il ne faut désormais plus perdre de temps. Le projet a assez traîné. Un investisseur a d’ailleurs été placé son argent ailleurs sur la Riviera», reconnaît l’entrepreneur bossonnensois, qui se dit aujourd’hui plus confiant que jamais en l’avenir du projet.
S’il conservera son nom initial, l’Hôtel Vital nouvelle mouture gagnera en revanche une étoile par rapport à sa première présentation, passant ainsi à 4 étoiles. Et il ne dis-posera «plus que» de sept chambres conçues pour l’accueil des personnes à mobilité réduite sur les quarante prévues au total (82 lits).
«Le tout mobilité réduite était utopique, il a effrayé les investisseurs», estime Gilbert Coquoz, précisant que le reste du projet ne changera pas. Il comprendra donc également un parking souterrain d’une trentaine de places, un restaurant et une salle de conférences.

Clientèle d’affaires
En gagnant en standing, l’hôtel pourra proposer des prix plus élevés, «permettant de se contenter d’un taux de remplissage d’environ 70%». Il sera aussi plus proche des standards qui prévalent au Mont-Pèlerin et sur la Riviera vaudoise. Avec, dans le viseur, la clientèle d’affaires.
«Idéalement situés, Les Paccots ont un gros potentiel. Mais pour l’heure, faute de places, les clients étrangers de Marvinpac ou de Swisspor par exemple sont envoyés au Modern Times à Saint-Légier, un autre 4 étoiles, regrette Gilbert Coquoz. Ce nouvel hôtel répond à un besoin.»

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending