Depuis 2008 déjà, la fragilité 
de la structure était connue

| mar, 12. sep. 2017

La salle Mummenschanz de Nuithonie vient d’être fermée dans l’urgence. Pourtant, un rapport vieux de 2008 révélait déjà à la commune de Villars-sur-Glâne une possible détérioration sur la charpente.

Par Jean Godel

La nouvelle, tombée mardi dernier, a fait l’effet d’une bombe: Mummenschanz, la grande salle de Nuithonie, à Villars-sur-Glâne, est fermée au moins jusqu’au début du mois de novembre. En cause: la dégradation de la superstructure en bois constatée lors du contrôle de fin de saison par Eberhard Scènes SA, société spécialisée dans la technique de scène. Laquelle a préconisé une analyse de la structure, toujours en cours (La Gruyère de jeudi).
Construite pour l’Expo.02, la salle Mummenschanz avait été rachetée en janvier 2003, pour 3 millions de francs, par la commune de Villars-sur-Glâne. Intégrée au projet de centre de création, alors bien avancé, mais qui ne prévoyait que deux petites salles, elle a été inaugurée en février 2005. Depuis, elle a réservé son lot de mauvaises surprises, comme la nécessité de remplacer, en 2011, la bâche enveloppant la salle, pour plus d’un million de francs.
Problèmes à la structure
Dès 2008 pourtant, un rapport d’un bureau d’études rendait attentif la commune siège, propriétaire, de problèmes potentiels au niveau de la structure en bois. A l’époque, il s’agissait de remplacer le module de chauffage-ventilation, situé sur le toit, au-dessus de la scène, à un endroit déjà chargé par le gril technique.
Si la structure a été déclarée apte à recevoir le nouveau chauffage, celui-ci a toutefois été déplacé afin de permettre une meilleure répartition des charges. Mais les contrôles visuels effectués ont poussé le bureau d’études à recommander des examens réguliers. C’est lors de l’un d’eux, en mai dernier, que les techniciens d’Eberhard Scènes ont tiré la sonnette d’alarme. Des carottages des lamellés-collés ont alors été effectués.
«Le rapport de 2008 sur le chauffage – et non sur la structure – a mis à jour une probabilité de déficience au niveau de cette dernière», confirme Erika Schnyder, syndique de Villars-sur-Glâne. «Il ne demandait aucune mesure immédiate, mais ses auteurs ont vu du jour entre les joints et nous ont recommandé de surveiller ça de près, ce qui a été fait.»
Commune «visionnaire»
Peut-on vraiment s’étonner de la fatigue d’une structure prévue pour un été et qui, déplacée de Bienne à Villars-sur-Glâne, sert intensément depuis douze ans? Aujourd’hui encore, Erika Schnyder, simple conseillère communale en 2003, assume ce choix fait dans l’urgence – la commune s’est décidée en une semaine, après le refus des citoyens de Saint-Gall d’octroyer un budget pour le rachat de la structure. «Nous avons été visionnaires. Sans cela, nous en serions encore à nous demander s’il faut un théâtre à Fribourg.»
Ancien syndic de Corminbœuf, l’une des cinq communes (avec Fribourg, Villars-sur-Glâne, Granges-Paccot et Givisiez) à financer alors les infrastructures culturelles dans ce qui n’était pas encore Coriolis Infrastructures, André Ackermann confirme: «Villars-sur-Glâne a pris un risque entrepreneurial, les autres communes n’étant pas encore prêtes. Nous étions tous d’accord. Le fait qu’elle a démarré a accéléré le processus et mis en place un projet cohérent: la création à Villars, le grand théâtre d’accueil à Fribourg.»
Pour Thierry Loup, directeur d’Equilibre-Nuithonie, Mummenschanz «a toujours très bien joué son rôle de grand plateau pour la création». Il attend d’ici un mois le rapport d’experts sur la base duquel trois variantes seront proposées aux décideurs politiques.
Aucune réserve faite
En l’état, la reconstruction complète ne peut pas être écartée. Le problème, c’est qu’aucune réserve n’a été constituée: on n’a pas anticipé le vieillissement de Mummenschanz, quand bien même la salle n’a pas été conçue pour durer. Qui paiera sa réparation voire sa reconstruction? Coriolis Infrastructures, à qui incombent les dépenses d’entretien supérieures à 10 000 francs, selon Erika Schnyder.
Président de Coriolis Infrastructures, Carl-Alex Ridoré précise toutefois: «Nous ne sommes ni propriétaires, ni gestionnaires, mais remboursons les communes qui gèrent les projets et nous transmettent leurs demandes. Elles demeurent responsables.»
Salle indispensable
Le préfet de la Sarine ajoute qu’un plan financier à dix ans pour le renouvellement de l’équipement a été établi par Coriolis Infrastructures «selon les informations fournies – ou non – par les communes sièges». Lui, en tout cas, n’a pas connaissance d’une quelconque réserve pour Mummenschanz.
A ce stade, les avis sont au moins unanimes sur un point: Fribourg a besoin de ce grand plateau. «Comme centre de création, Nuithonie ne peut pas se contenter de la petite salle, plaide Thierry Loup. Avec onze créations cette saison, il en va de l’avenir de l’institution. J’attends des politiques une décision rapide.»

 

Penser d’abord aux créations
Depuis que la nouvelle est tombée, Thierry Loup, directeur d’Equilibre-Nuithonie, est plongé jusqu’au cou dans l’opérationnel. Ses priorités sont de trois ordres. D’abord, trouver dans l’urgence des solutions pour les créations fribourgeoises prévues en ce début de saison à Mummenschanz (Loups et brebis, par le Théâtre de l’Ecrou de Jacqueline Corpataux, lequel fête là ses trente ans, et Popcorn, par Le Magnifique Théâtre de Julien Schmutz). «Pour les compagnies, ça a été un choc. L’enjeu financier est énorme: si elles ne jouent pas, elles ne touchent pas de subventions.» Le directeur les remercie pour leur souplesse, elles qui adaptent leurs décors à des plateaux plus petits.
Ensuite, il s’agira de savoir comment Nuithonie pourra honorer ses engagements vis-à-vis des créations roman-des dont la tournée devait passer par le grand plateau. Enfin, il faudra assurer le plus d’accueils possible. «On avance sur plusieurs solutions, pour l’instant jusqu’à Noël. Nous communiquerons sur notre site internet les options prises dans les prochains jours.» Mais Thierry Loup ne cache pas qu’il doit d’ores et déjà réfléchir à la saison 2018-2019, en cours de préparation, et même à l’avenir de Nuithonie à plus long terme: «Car je ne sais pas quand je retrouverai Mummenschanz…» JnG

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un habitant anonyme et poète fleurit toute une rue de Bulle

Les habitants de la rue du Russalet se sont émerveillés devant les parterres de fleurs qui ont poussé cet été, après la coupe de 60 arbres. Ils ont pensé en remercier la ville. Or, elle n’y est pour rien. C’est un simple habitant, amoureux du langage des fleurs, qui les a payées, plantées.