Lè vajiyê

En patois
En français

No j’arouvin dyora a la rindya. Ha Rindya ke bayè di fithè a to veri bâ. Boun’idé kan mimo. L’è l’okajyon dè chè rinkontrâ è dè partadji le dzouyo in tot’amihyâ.

I-vo moujâ on bokon i vajiyê? Nouthra gajèta n’in d’a dèvejâ, l’i a dè chin kotyè chenannè. N’in chàbrè pâ-mé tan, bin chur, è i fan pâ di rindyè a to veri bâ panyi.

Mè chovinyo de na famiye dè nouthra kotse ke poyivè po vajiyê ou mi dè mé, din lè j’an thinkanta. Kotyè modzon, dutrè tyivrè, di fayè, duvè dzeniyè, chin oubyâ le pu: inke le tropi. Lè j’infan iran dzoyà, l’avan le «kondji d’alpâdzo». Irè pâ rin. Bouébo è fiyètè modâvan portan pâ po di vakanthè. Outre le tsôtin l’avan prou travô.

Lè pye grô di bouébo pèrèyivan avu le chènia. Lè piti è lè fiyètè alâvan i grejalè, i mouron, i j’anpè ke lou dona kouèjê in konfitura. Fayi dou chukro po chin, adon la dona alâvè bâ ou velâdzo, le lota i rin. Hè pu hyoure: l’è bin galé, ma fô portâ lè pityè, a dzin! Fére dou bou, aryâ lè tyivrè, trintyi la motèta, chuvin yô alâ apri dè l’ivuè bin yin.

Ou dzoua d’ora, hou ke l’i van adi, chon on bokon min chèkutâ. L’an di j’ôtro moyin, to l’è pye chatubyo por arouvâ hô-lé. Ma krêdè-mè, la vinta di motètè l’a djamé inretchi on vajiyê.

Pitia Rindya, grô travô, piti profi ma grô bouneu!

Anne Marie Yerly

 

Les gardes-génisses

Nous arrivons bientôt à la Désalpe. Cette désalpe qui occasionne des fêtes à tout casser. Bonne idée quand même. C’est l’occasion de se rencontrer et de partager la joie en toute amitié.

Avez-vous un peu pensé aux gardes-génisses? Notre journal en a parlé il y a quelques semaines. Il n’en reste plus beaucoup, c’est sur, et ils ne font pas des désalpes à tout casser, non plus.

Je me souviens d’une famille de notre région qui alpait comme gardes-génisses au mois de mai, dans les années cinquante. Quelques génisses, deux ou trois chèvres, des moutons, deux poules, sans oublier le coq: voilà le troupeau. Les enfants étaient joyeux, ils avaient le «congé d’alpage». Ce n’était pas rien! Garçons et fillettes ne partaient pourtant pas pour des vacances. Tout au long de l’été ils avaient bien du travail.

Les plus grands garçons épierraient avec le père. Les petits et les filles allaient aux myrtilles, aux mûres, aux framboises, que leur mère cuisait en confitures. Il fallait du sucre pour ça, alors la mère descendait au village, la hotte au dos. Et clôturer, c’est bien joli, mais il faut porter les piquets sur son dos. Faire le bois, traire les chèvres, fabriquer la tomme, à certains endroits aller chercher l’eau, bien loin.

Aujourd’hui, ceux qui y vont encore, sont un peu moins brigandés. Ils ont d’autres moyens, tout est plus accessible pour arriver là-haut. Mais, croyez-moi, la vente des tommes n’a jamais enrichi un garde-génisses.

Petite désalpe, gros travail, petit profit, mais grand bonheur.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Un habitant anonyme et poète fleurit toute une rue de Bulle

Les habitants de la rue du Russalet se sont émerveillés devant les parterres de fleurs qui ont poussé cet été, après la coupe de 60 arbres. Ils ont pensé en remercier la ville. Or, elle n’y est pour rien. C’est un simple habitant, amoureux du langage des fleurs, qui les a payées, plantées.