Ouna galéja rinkontra

En patois
En français

Le tin de la tsathe l’è dyora rèpri. I fâ le bouneu di j’on è la radze di j’ôtro. Ma, la tsathe l’è kan mimo le pye viyo mihyi dou mondo. Le rèvi no di ke la tsathe l’è on pyéji dè rê. Pâ fôta d’ithre on rê por amâ la natura è la bouna charvadzena. Nouthrè tsahyà chon rèjenâbyo.

L’an de ke le là irè dè rètoua din nouthrè montanyè. L’è pochubyo. Ma, l’è pâ â propou dè chi inke ke vé vo kontâ l’avantura ke m’è arouvâye, l’i a on an ou dou.

I pachâvo dè né, amon le bou dè Prâtsê, irè ou mi dè mé. La bije irè mètyinta. To por on kou, a ma drête, a dji mêtre dèvan l’oto, l’é yu… ouna bithe. Tru hôta è tru hyâra por ithre on renâ. Chè dou j’yè breyivan, i vuityivè in kontre ma gôtse. A chi l’indrê, l’é adon yu ôtyè ke n’in dé pâ kru mè j’yè, l’é yu chè dou piti. Pâ pye grô tyè di tsa, hô chu pyôtè, charâ l’on kontre l’ôtro, i gurlâvan, i myôlâvan djuchto kemin di tsa. È bin, krêdè-mè, l’è yu ouna famiye dè là-chêrvi (ou là-thèrvê), la mére è lè dou piti.

Yô chon-the ou dzoua d’ora? Prou chur farmo yin, hou bithè voyadzon prà. L’ou kouâjo bouna tsanthe. Bouna tsanthe i tsahyà achebin.

Anne Marie Yerly

 

 

Une jolie rencontre

Le temps de la chasse et bientôt de retour. Il fait le bonheur des uns et la rage des autres. Mais la chasse est le plus vieux métier du monde. Le proverbe nous dit que la chasse est un plaisir de roi. Pas besoin d’être roi pour aimer la nature et la bonne faisanderie. Nos chasseurs sont raisonnables.

On a dit que le loup était de retour dans nos montagnes. C’est possible. Mais, ce n’est pas à propos de celui-ci que je vais vous raconter l’aventure qui m’est arrivée il y a un an ou deux.

Je passais de nuit, sur la route qui monte la forêt du Pratsey, c’était au mois de mai. La bise était méchante. Tout à coup, à ma droite, à dix mètres devant la voiture, j’ai vu… une bête. Trop grande et trop claire pour être un renard. Ses deux yeux brillaient, elle regardait vers ma gauche. A cet endroit, je n’en ai pas cru mes yeux; j’ai vu ses deux petits. Pas plus gros que des chats, haut sur pattes, serrés l’un contre l’autre, ils tremblaient, ils miaulaient, juste comme des chats. Croyez-moi bien, j’ai vu une famille de lynx (ou loup cervier), la mère et deux petits.

Où sont-ils aujourd’hui? Bien loin sûrement, les lynx voyagent beaucoup. Je leur souhaite bonne chance. Bonne chance aux chasseurs, aussi.

Anne Marie Yerly

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses