Ouna gougenèta nêre è byantse

En patois
En français

Mafi dè chè travunyi lè charvalè po chavê lè tyintè kolà i bayèrê ou gonfanon dè Furboua, Berthold IV chè dèchidâ dè fére la ryoula.
A la tsejête dè la né, apri avê tchotâ mé tyè on bochaton dè roukin, l’a tsanpâ la pouârta d’ouna gargota. Chè inmandji avu na trabyâye dè dzoyà luron. Di danthè, avu kotyè dèvèrgondâyè ke li akokalâvan le kotson, l’an édji a oubyâ chè pochyin.
Kan la gargota l’a kotâ cha pouârta, avu la kouète ke tinyê è le rodzo léchi chu chè poté pê lè  grahyàjè damejalè, l’a pâ oujâ chè rapêrtchi, dè pouêre ke cha Duchesse li rèmontè lè pouârta-tsôthè.
Mô prê, nouthron Duc chè teri a chotha din ouna rèfetse ke tinyan dè mitya le bolondji è le martsô. L’a inpantchi cha karkache chu dutrè cha dè tsêrbon pu, l’a dèkucheri on cha dè farna po n’in fére cha kouvêrta. Po ch’indremi, l’a pâ j’ou fôta dè kontâ lè fayè ke choutâvan la deléje.
Ou tsan dou pu, kan ch’è abadâ, l’a rèmarkâ ke l’avê le boudyon byan è le ku nê. Adon, on’èyudzo l’a travèchi le trayin di hyotsè ke trèkordenâvan adi din cha bôla:
– Chakrebleu! Inke lè kolà dè mon gonfanon.
Dinche, la charvala tràbya ma le kà rapikolâ, l’a koru tyirâ la novala a chè dzin:
– Nêrè è byantsè, inke lè kolà di Fribordzê. Bèrnâ Chaney

 

Une  gaudriole noire et blanche

Fatigué de se torturer les cervelles pour savoir quelles couleurs donner au drapeau de Fribourg, Berthold IV s’est décidé de faire la bombe.
A la tombée de la nuit, après avoir siroté plus d’un  tonnelet  de rouge, il a poussé la porte d’une gargote. Il s’est enfilé a une tablée de joyeux lurons. Des danses, avec quelques dévergondées qui lui caressaient la nuque, l’ont aidé à oublier ses soucis.
Quand la gargote a fermé sa porte, avec la cuite qu’il tenait et le rouge sur les lèvres, laissé par les gracieuses demoiselles, il n’a pas osé rentrer chez lui , de peur que sa Duchesse ne lui remonte les bretelles.
Mal pris! Notre Duc s’est abrité dans un réduit que tenaient, de moitié, le boulanger et le maréchal ferrant. Il a étalé sa carcasse sur deux ou trois sacs de charbon, puis il a déchiré un sac de farine pour en faire sa couverture. Pour s’endormir il n’eut pas besoin de compter les moutons qui sautaient la haie.
Au chant du coq, lorsqu’il s’est levé, il a remarqué qu’il avait le ventre blanc et le derrière noir. Alors, un éclair a traversé le raffut des cloches qui  carillonnaient encore dans sa tête:
– Sacrebleu! Voilà les couleurs de ma bannière!»
Ainsi, la cervelle troublée mais le cœur ragaillardi, il  courut  crier la nouvelle à ses gens:
– Noires et Blanches, voilà les couleurs des Fribourgeois!


 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses