Un petit pas dans la bonne direction

Editorial


Votations. Pas facile d’exister au côté d’un dossier mammouth comme la Prévoyance vieillesse 2020. Pour l’arrêté sur la sécurité alimentaire, la discrétion a ses avantages: personne ou presque ne conteste le bien-fondé du texte proposé le 24 septembre.
Comment s’opposer à l’approvisionnement alimentaire de la population, à la préservation des bases de la production agricole, au maintien des terres agricoles ou à une rétribution correcte des producteurs? Personne ne s’y risque. Parmi les rares opposants déclarés, l’Union suisse des arts et métier estime surtout que l’article actuel sur l’agriculture est suffisant. Elle y voit une mise sous tutelle des consommateurs.
Il y a, à l’évidence, une dimension symbolique à ce vote. Une certaine idée de l’agriculture, de l’utilisation des ressources, de l’environnement. Mais une inscription dans la Constitution n’est pas un acte purement théorique. C’est un ancrage fort qui facilitera certainement des initiatives à venir qui traitent du même sujet. Deux sont d’ailleurs déjà dans le pipeline, celle d’Uniterre pour la souveraineté alimentaire et celle des Verts pour des aliments équitables. Dire massivement oui le 24 septembre donnera du poids à tous les projets qui, à l’avenir, se grefferont sur le sujet.
Pour les agriculteurs, l’enjeu est de taille, même si l’on n’est pas encore dans le concret. C’est d’ailleurs pour cela qu’ils se sont ralliés au contre-projet du Conseil fédéral, renonçant à leur initiative.
Avant que ce ne soit un grand pas pour l’humanité, cet arrêté est déjà un petit pas pour eux. Petit, certes, mais dans la bonne direction. Jérôme Gachet

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending