Bènichon

En patois
En français

Chi drôlo dè mo no vin, d’apri la tradihyon, dè bènèdikchyon. L’è la fin di grô travô, le tin di rindyè. Kan lè parotsin l’avan bin prèyi i Rogachyon, l’outon no bayivè di bounè prêjè. Irè le momin dè rèmarhyâ Chi «ke betè la kuva i grétè.» M’è rèvin in titha la réjon a ma dona, on’ outon ke no j’avan de la frete a rèvindre: «No j’an totafé tru prèyi i Rogachyon!» ke dejê.

Dèman, vêre no l’è fitha. L’i a rin-mé dè pon dè danthè din nouthra kotse. Ma, din la Brouye l’i a adi di dzouno k’organijon la bènichon kemin on yâdzo. Ché pâ che fan adi lè «danthè kriyâyè», ma la tradihyon l’è chobrâye, ma vouê, l’an achebin di tradihyon pêr d’avô!

L’è chuto a trâbya ke l’è fitha. Choupa i tsou, tsanbèta è linju vo fanron dza on fameu fon d’èchtoma. Pu kan arouvè le ragou d’anyi, l’è on vertâbyo bouneu. L’è a chi momin k’arouvon lè fameu pre a Botsi, lè Rê de la Bènichon! Ma, fô chavê lè kouêre, a la fathon de na koujenêre gormanda kemin ma mér-gran. Lè fô kouêre a piti fu, din on bokon d’ivouè è dou chukro, bin grantin tantyè ou karamèl. Vo j’i dinche le vertâbyo go dè pre. Le vin è la kanala, léchidè-lè po hou ke konyechon pâ lè chèkrê dou bin medji.

Vo féjo grâthe dè totè lè gormandi chukrâyè dou dèchê.

Bala Bènichon!

Anne Marie Yerly

 

Bénichon

Ce drôle de mot nous vient, d’après la tradition, de bénédiction. C’est la fin des grands travaux, le temps des désalpes. Quand les paroissiens avait bien prié aux Rogations, l’automne nous donnait de bonnes récoltes. C’était le moment de remercier Celui «qui mets la queue aux cerises». Me revient en tête le propos de ma maman, un automne où nous avions des fruits à revendre: «Nous avons tout à fait trop prié aux Rogations!» a-t-elle dit.

Demain, chez nous, c’est fête. Il n’y a plus de ponts de danses dans nos régions. Mais, dans la Broye il y a encore des sociétés de jeunesse qui organisent la bénichon comme dans le temps. Je ne sais si ils font encore les «danses criées» mais la tradition est restée. Mais oui, ils ont aussi des traditions, «par en bas».

C’est surtout à table que c’est la fête. Soupe aux choux, jambon et saucisson vous feront déjà un fameux fond. Et quand arrive le ragoût d’agneau, c’est un véritable bonheur. C’est à ce moment qu’arrivent les fameuses poires à Botsi, les Rois de la Bénichon (car elles sont au masculins en patois)! Mais il faut savoir les cuire à la façon d’une cuisinière gourmande comme ma grand-mère. Les cuire à petit feu, dans un peu d’eau et de sucre, bien longtemps, jusqu’au caramel. Vous avez ainsi le vrai goût de poire. Le vin et la cannelle, laissez-les pour ceux qui ne connaissent pas les secrets du bien manger.

Je vous fais grâce de toutes les gourmandises sucrées du dessert.

Belle Bénichon!

Anne Marie Yerly

 

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Au RSSV, le torchon brûle entre direction et employés

Des aides-soignants et infirmiers du Réseau santé et social de la Veveyse dénoncent un environnement de travail délétère. De nouveaux témoignages d’ex-collaborateurs montrent que les tensions entre employés et direction durent depuis quatre ans au moins.