La mija in bâ

En patois
En français

Din la gajèta dè la kemouna dè Machin, ke parè katre kou pêr’an, Bernâ Dahyon, ke lè j’ou bochê dè kemouna è pye tâ achebin chindike, i rèvin chu di dèchijyon ke chon j’ou prêchè pê le konchèye dè kemouna, li-ya dè chin mè dè thant’an è ke l’a trovâ  din lè j’archivè. 

Le trinta dè mé, mil-nouthin-chê, on bouébo – Césaire Dey – dèmandè ou konchèye dè pui tsandji dè chonye kemin achichtâ dè kemouna. Pêrmo ke lè mô trètâ. Le vint’yon dè juin dou mim’an, apri l’ourâye di choumichyon, i chè tràvè ke chon dou po prèjintâ le mimo pri, chin vou adre chaptanta fran po dou j’an, lè j’âyon konprê. Apri avi patsèyi, le konchèye pyathè le pouro bouébo vê Louis Duding, dè Morlon, po le pri dè karanta fran, totè tsêrdzè konprêchè.

Dzojè a Marc d’la Rotse li-ya fê ouna tsanthon – L’orfeno – chu ha manêre dè trètâ lè pouro, din chi tin. La mija in bâ chè pachâvè chu la pyathe dou velâdzo, apri la mècha d’la demindze. L’è chovin di grô payijan, ke l’avan fôtâ dè dyêrthon a bon martchi, ke mijâvan. Chi ke dèmandâvè le min a la kemouna prinyê le bouébo a la méjon.

Tyinta mijére dêrê hou kothemè! Portan chin chè pachâvè chovin, pêrmo ke lè kemounè iran achebin tarubyamin pourè, chin l’a derâ grantin. Dou tin d’la dyêra, nouthron réjan, k’irè achebin le grâta-papê dè kemouna, no dejê ke lè j’inpou krouvâvan a pou pri tyè l’achichtanthe.

Ou dzoua d’ora lè tsoujè l’an bin tsandji, lè kemounè l‘an bin mé d’ardzin, ma i arouvon kan mimo pâ a kontintâ to le mondo.

Vonvon Kolly

 

 

La mise en sous-enchères

Dans le journal de la commune de Marsens, qui paraît  quatre fois par année, Bernard Dafflon, qui fut boursier communal et plus tard syndic, revient sur des décisions qui ont été prises par le conseil communal, il y a de cela plus de cent ans, et qu’il a trouvé dans les archives.

Le 30 mai 1906, un garçon – Césaire Dey -  demande au conseil de pouvoir changer de pension comme assisté de commune. Parce qu’il est mal traité. Le 21 juin de la même année, après l’ouverture des soumissions, ils s’en trouvent  deux à présenter le même prix, c'est-à-dire 70 francs pour deux ans, les habits compris. Après marchandage, le conseil place le pauvre garçon chez Louis Duding de Morlon, pour le prix de 40 francs, toutes charges comprises.

Joseph à Marc de La Roche  a composé  une chanson – L’orphelin – sur la manière de traiter les pauvres dans ces temps-là. La mise en sous enchères se passait sur la place du village, après la messe du dimanche. C’est souvent de gros paysans, qui avaient besoin de domestiques à bon marché, qui misaient. Celui qui demandait le moins à la commune prenait le garçon à la maison.

Que de  misères derrière ces coutumes ! Pourtant cela se passait souvent, parce que les communes étaient aussi terriblement pauvres, cela a duré longtemps. Du temps de la guerre, notre régent qui était aussi secrétaire communal, nous disait que les impôts couvraient à peine  les frais d’assistance.

Aujourd’hui , les choses ont bien changé, les communes sont bien mieux loties, mais, elles n’arrivent  pas à contenter tout le monde.

Vonvon Kolly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses