Tolèchin

En patois
En français

 

D’uche a trè dzoua no l’i chin! Tolèchin, to rèthrin! Tochin tô Pâtyè! Ke dyon lè rèvi. Le premi dè novanbre, din le viyo tin, prà dè tsoujè tsandjivan. Lè j’omo betâvan pâ-mé le bredzon, irè le frotson è le triko. L’evê ch’anonhyivè, irè le momin dè to rinvoudre è dè chè betâ a dzo.

«Fére lè fouchè». Pâ rin, ti hou voyâdzo du la méjon ou chimetyéro. Lè chrysanthème… l’é rin trovâ chu le dikchenéro po chi mo; ma mére-gran dejê lè «renonkulè», chinbyè ke l’è pâ totafé chin. Che l’i a kôkon ke pou mè dre che l’i a on ôtro non… chôpyé.

Ma vo chédè bin, l’è, hou grô botyè ke no pyantâvan dè furi, pê le kurti. Outre le tsôtin, fayi lè bin chonyi, lè byochi, lè moyi, bètchi, déjêrbâ. Pu, fin chaptanbre no lè betâvan in po. Irè tyachon dè lè fére a krèthre è hyori. Dè dzoua iran fro ou chèlà. Kan iran on bokon in rètâ, no lè portâvan dedin, ou pouêrtso, avu la lumyére tota la né! Tyin trayin!

Lè dzoua dèvan Tolèchin, (rin d’oto in chi tin), no prenyan le tsarè po tragalâ lè botyè, in hyà cht’i kou, tantyè chu lè fouchè. La fitha irè bala. Lè mouâ, prou chure bin rèdzoyi!

Anne Marie Yerly

 

La Toussaint

D’ici trois jours nous y sommes. A la Toussaint tout restreint. Tel temps à la Toussaint! Tel temps à Pâques. Disent les proverbes. Le premier novembre, dans le vieux temps, bien des choses changeaient. Les hommes ne mettaient plus le bredzon mais le frotson et le tricot. L’hiver s’annonçait, c’était le moment de tout ranger et de se mettre au chaud.

«Faire les tombes»! Pas rien que tous ces voyages de la maison au cimetière. Les chrysanthèmes… je n’ai rien trouvé dans le dictionnaire pour ce mot-là. Ma grand-mère disait les «renoncules», il semble que ce n’est pas tout à fait cela. Si quelqu’un peut me dire s’il existe un nom… s’il vous plait.

Mais vous savez bien, ce sont ces grosses fleurs que nous plantions au printemps dans le jardin. Pendant l’été, il fallait les bien soigner, les pincer, les arroser, bêcher, désherber. Puis, fin septembre nous les mettions en pots. Il était question de les faire pousser et fleurir. Le jour ils étaient dehors, au soleil. Quand ils étaient un peu en retard, nous les portions à l’intérieur, dans le grand corridor, avec la lumière, toute la nuit. Quel boulot!

Les jours avant la Toussaint (point de voiture en ce temps-là) nous prenions le petit char à bras pour trimballer nos chrysanthèmes, en fleurs cette fois, jusque sur les tombes. La fête était belle. Les morts, certainement bien réjouis.

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Action de luttte contre les nuisances sonores

SÉCURITÉ ROUTIÈRE. Dans la nuit de vendredi à samedi, la police cantonale a effectué une action de lutte contre les comportements générant de l’insécurité routière. Des contrôles ont été faits dans les alentours de Bulle et de Fribourg. Cette action a été mise sur pied à la suite de nombreuses doléances, notamment en raison des nuisances sonores dues à des modifications techniques non conforme...