Bugnon Construction licencie 31 collaborateurs

| mar, 21. nov. 2017

Une trentaine d’employés de l’entreprise Bugnon Construction ont été licenciés à la suite de la disparition de son secteur gros œuvre. Propriétaire de la société depuis janvier 2016, le groupe français Roger Martin a décidé de se retirer, notamment en raison d’un exercice 2017 difficile.

PAR VALENTIN CASTELLA

Le secteur gros œuvre de la société Bugnon Construction va disparaître. En effet, le 31 décembre, une cessation d’activité sera prononcée concernant l’entreprise basée à Epagny. Au total, trente et un collaborateurs perdront leur poste. Ils ont reçu leur lettre de congé à la fin du mois d’octobre.
Fondée en 2006 par Luc Bugnon et active dans les secteurs de la maçonnerie et du béton armé, cette société appartenait, depuis le 1er janvier 2016, à 90% au groupe français de travaux publics Roger Martin.
Lors de cette transaction, les Dijonais en avaient profité pour fusionner Bugnon Construction avec sa sœur, l’entreprise générale de construction MJM Global Building, également fondée (en 2010) par Luc Bugnon. Ces deux entités, que le Gruérien dirigeait toujours, étaient regroupées sous le nom de Bugnon Construction.
A cette époque, les Bourguignons émettaient l’ambition d’intégrer le marché helvétique. Dans le quotidien régional basé à Dijon Le Bien public, le président Vincent Martin affirmait alors en avril 2016 que ce rachat allait permettre de «développer et d’exporter notre savoir-faire en matière de grands travaux. Le marché suisse est porteur, car le pays va avoir de gros projets de construction dans les années à venir.»
Le vent a visiblement tourné, puisque le groupe français, qui regroupe 1200 salariés, a décidé de se retirer deux ans seulement après son arrivée. Contacté, Vincent Martin a ignoré nos nombreuses demandes d’explication. De son côté, Luc Bugnon, fondateur et directeur de cette entité, ne peut pas s’exprimer, étant lié aux règles imposées par la direction du groupe.
La cause principale de cette cessation d’activité serait la conséquence d’un exercice 2017 difficile et d’un marché helvétique de la construction pas aussi intéressant qu’espéré. Autre élément de réponse: Vincent Martin soulignait, toujours dans le journal Le Bien public, qu’il avait la volonté de s’implanter prochainement dans la région parisienne, «car le Grand Paris est un vecteur de gros investissements en infrastructures, notamment avec les jeux Olympiques de 2024».


Les salaires seront payés
Selon nos informations, les Bourguignons vont digérer les pertes de l’année écoulée et tous les salariés seront payés jusqu’au terme de leur contrat. A noter également que l’entreprise générale (anciennement MJM Global Building), qui compte une petite dizaine de collaborateurs, maintiendra ses activités. Elle devrait être reprise par Luc Bugnon. La société Bugnon Construction continuera donc d’exister, mais sans son secteur gros œuvre.
Quant aux employés, que le secrétaire régional d’Unia Fribourg Armand Jaquier décrit comme «victimes de la guerre des sous-enchères qui règne actuellement», certains auraient déniché une nouvelle place de travail. «D’autres sont en passe d’en trouver une», explique le syndicaliste, qui précise que le directeur «semble tout mettre en œuvre pour replacer ses collaborateurs.»
L’assèchement pas touché
A signaler que Luc Bugnon est également directeur de Bugnon Assèchement. Cette S. à r. l., aussi basée à Epagny et toujours propriété du Gruérien, n’est pas concernée par cette cessation d’activité. ■

Ajouter un commentaire

CAPTCHA
Cette question est pour tester si vous êtes un visiteur humain et pour éviter les soumissions automatisées spam.

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses

Trending

1

Dans le sud du canton, quatre sites éoliens retenus par l’Etat…

Le canton a inscrit sept parcs éoliens, pouvant accueillir jusqu’à 66 mâts, dans son Plan directeur, actuellement en consultation. Ceux-ci ont été sélectionnés selon des critères sociaux, environnementaux et économiques. Les sites du Cousimbert/La Berra et de Semsales notamment passent à la trappe.