Kan le patê l’è dou voyâdzo

En patois
En français

 

Tsakon chè krê ke le patê chè dèvejè rintyè din nouthrè kotsè. Fô bin chè moujâ ke lè dzin dè vêr-no voyadzon a travê le mondo du l’i a grantin. Din lè j’an mile nou-thin, achebin on bokon dèvan, lè Fribordzê modâvan a l’èthrandji po gânyi lou ya.

Mon pére-gran irè jelâ, in mile vouè-thin nonanta, vouityi apri dou travô din on velâdzo in Franthe. Ch’è ch’irè akovintâ kemin fretyi. L’i è d’ayeu chobâ bin di j’an, avu cha famyie. Ma dèvan, irè modâ pê le trin po vouityi lè j’adju è chinyi cha patse avu lè payijan. Lè trin iran pâ kemin ora, a la vapeu, y ch’arèthâvan din ti lè velâdzo, to bounamin. A ouna chtachyon, ouna fèmala l’è montâye: pâ tru vouêthâye pê la natura, la poura,  grôcha, pâ tan bin vihya!

Pére-gran irè avu on koujin. Chè chon tsanpâ dou kàdo, fâchèyà è on bokon mokèran kan mimo. «Di-vê, te la pori ha? On bokon dè rèmêdo! Pâ di meryà dè fou, hou franchéjè!» L’ôtra l’a pâ brontchi.

Ma adon, ou momin yô le trin ch’è arèthâ, chè abadâye, l’a ramachâ chon panê, pu l’ou j’a de: «Vo bayèrè bin le bondzoua a la méjon!» Chuchant’an apri, pére-gran ch’in jénâvè adi!

Anne Marie Yerly

 

Quand le patois est du voyage

Chacun croit que le patois ne se parle que dans nos contrées. Il faut bien penser que les gens de chez nous voyagent à travers le monde depuis bien longtemps. Dans les années 1900, même encore un peu avant, les fribourgeois partaient à l’étranger pour gagner leur vie.

Mon grand père était allé, en 1890, chercher du travail dans un village en France. Il s’était engagé comme fromager. Il y est d’ailleurs resté bien des années, avec sa famille. Mais avant, il était parti par le train pour visiter un peu les lieux et signer son contrat avec les paysans. Les trains n’étaient pas comme aujourd’hui, à la vapeur, ils s’arrêtaient dans tous les villages, tout doucement. A une station, une femme est montée dans le train: pas trop gâtée par la nature, la pauvre. Grosse et pas trop bien vêtue.

Grand père était avec un cousin. Ils se sont poussé du coude, farceurs et un peu moqueurs quand même. «Dis-donc, la pourrais-tu celle-là? Un vrai remède! Pas des miroirs de fous ces Françaises!» L’autre n’a pas bronché.

Mais alors, au moment où le train s’est arrêté, elle s’est levée, elle a ramassé son panier, puis leur a dit: «Vous donnerez bien le bonjour à la maison!» Soixante ans plus tard, grand père en rougissait encore!

Anne Marie Yerly

Catégorie: 

Annonces Emploi

Annonces Événements

Annonces Immobilier

Annonces diverses